Partager

Le centre Awa Kéïta a servi de cadre, hier au lancement d’un projet “ vulgarisation et promotion de la cuisine solaire”. Un projet initié par MANENE, une ONG de la place dont l’objectif principal est de contribuer à la réduction de la pauvreté à travers l’exploitation de l’énergie solaire pour faire la cuisine.

La cérémonie était présidée par le Directeur national du Fonds de la Solidarité, M. Adama Diarra assisté par la secrétaire générale de ladite ONG, Mme Sissoko Aissata Diarra et la représentante de l’AMADER, Mme Niang EMA Kourouma, le partenaire technique. C’était en présence de plusieurs autres personnalités.

La secrétaire générale de l’ONG, dans son intervention, a rappelé les causes du réchauffement de la terre. Elles sont dues, entre autres, à la coupe abusive et anarchique du bois de chauffage, la pollution, le dégagement des gaz à effet de serre, les cuisines, les usines et les véhicules. Toujours selon Mme Sissoko, ce changement climatique peut se traduire par l’avancée rapide du désert, la dégradation de la faune et de la flore, le bouleversement des écosystèmes, l’augmentation des besoins en source d’énergie et l’augmentation de la pauvreté.

Pour surmonter toutes ces difficultés en ressource énergétique, les problèmes que connaissent tous les pays en voie de développement ne présagent pas un tableau brillant pour les générations futures. L’ONG “MANENE”, qui existe depuis quatre ans (4), entend renforcer la politique énergétique du gouvernement à travers “HOTPOT-TILENAFA”, un système qui sert à utiliser l’énergie solaire pour faire de la cuisine. Une opportunité qui est une solution à la fois économique et écologique du problème d’énergie domestique, par la réduction de la consommation en bois, en charbon, en gaz et en pétrole.

Les récipients utilisés pour la cuisine solaire sont directement importés de l’extérieur. Mais, il faut un savoir-faire pour les utiliser. Selon Mme Sissoko, le projet TILENAFA va couvrir tout le District de Bamako et quelques régions, telles que Kayes et Koulikoro, pour s’étendre à Tombouctou, Gao, Kidal et éventuellement Sikasso, Ségou et Mopti.

Mme la Secrétaire générale dira que son projet permet une diminution sensible de la pollution et des gaz à effet de serre, assure la protection de l’environnement et la conservation de la nature. Il augmente le revenu et le pouvoir d’achat des familles, à travers l’amélioration de la santé et du cadre de vie. Avec au plus, une réduction des dépenses de la famille, il contribue à lutter contre la pauvreté.

Les activités du projet consistent en une vulgarisation avec une vente promotionnelle. A l’en croire, ce projet permet de gagner une bataille pour le développement harmonieux de nos familles dans un environnement vert et sain.

Le projet “HOTPOT TILENAFA” est entièrement financé par le Fonds de la Solidarité, à raison de 10 millions de Francs CFA et s’étend sur une durée de dix ans. Le prix promotionnel est estimé à 20 000 FCFA au lieu de 40 000, le prix initial.

Actuellement, l’ONG contribue à réduire la pauvreté de dix jeunes. Elle compte éventuellement améliorer l’effectif, si besoin était, par le recrutement .

Selon le Directeur général du Fonds de Solidarité, la vulgarisation des technologies domestiques auprès des populations rurales et urbaines, notamment auprès des femmes, permettra d’alléger les tâches quotidiennes de ces dernières.

En acceptant de contribuer à la promotion de la marmite solaire appelée “TILENAFA”, le Fonds de Solidarité nationale répond à une double mission : réduire la pauvreté par l’allègement des tâches et promouvoir la femme. Le Directeur précise aussi que la vulgarisation de cette technologie apparaît comme une démarche salvatrice qu’il convient d’encourager et de promouvoir.

Cependant, il faut souligner que ladite technologie demeure encore hors de la portée de toutes et de tous, en raison de son coût encore très élevé. Par conséquent, il est recommandé aux promoteurs et à leurs partenaires de procéder au transfert de technologie au niveau local, en vue de réduire au minimum le prix.
Toute chose qui contribue à la réduction de la pauvreté, mais aussi et surtout à la création d’emplois.

Après les différents discours prononcés par les membres du présidium, on procédé à la visite du savoir-faire culinaire des jeunes.

Hady BARRY

20 juin 2007.