Partager

Le Mali, l’USAID et l’Agro Industrie Développement signent un Protocole.L’USAID, à travers son Projet Initiatives Intégrées pour la Croissance Economique au Mali (IICEM), le Gouvernement du Mali à travers le Ministère de l’Environnement et de l’Assainissement, et l’Agro Industrie Développement (AID SA) ont procédé, le vendredi 30 juillet, à l’hôtel Salam, à la signature d’un protocole en vue de la mise en place d’un projet REDD+ au Mali.

Ce protocole, s’inscrivant dans le cadre d’un partenariat public-privé, a pour objectif de définir les rôles et les responsabilités de chacune des parties dans le cadre de l’accompagnement des études et des activités préalables à la mobilisation d’un projet REDD+ (Réduire les Émissions de la Déforestation et de la Dégradation) des forêts.

Ces études et activités permettront le développement d’un Projet de Plan de Développement, visant à l’obtention de crédit carbone pour les 200 000 hectares du complexe forestier de Bougouni-Yanfolila et de ses populations riveraines.

Conformément à son objectif de contribuer à la gestion durable des ressources naturelles, à la protection de la biodiversité et à l’augmentation des revenus des populations, le projet IICEM, suite à une requête de l’AID-SA, s’engage à participer au financement du montage du dossier technique du projet REDD +. L’accès au financement Carbonne n’est pas aisé et nécessite des dossiers convaincants et réalisables. Aucun pays de l’Afrique de l’Ouest n’a encore bénéficié de ce financement.

Pour ce faire, le projet IICEM fera appel à des experts de haute qualification au niveau national et international capables d’élaborer et de défendre un projet pertinent et bancable auprès des grands industriels du Nord, bailleurs de fonds potentiels des projets REDD+.A travers ce document de projet qui sera monté grâce à l’appui de l’USAID, le Gouvernement du Mali et l’AID-SA comptent mobiliser une partie du flux financier Nord-Sud dont le montant au niveau mondial est estimé par l’ONU à environ 30 milliards de dollars par an.

En accédant au financement Carbone, le Mali disposera d’importants moyens financiers pour sauvegarder les forêts de ce complexe et créer des activités génératrices de revenus au profit des populations riveraines.  » Cet évènement est unique en son genre pour le moment en Afrique de l’Ouest et marque un tournant dans le développement du partenariat public-privé au Mali dans un secteur très prometteur, à savoir le financement Carbone dans la foresterie.

J’espère que cet exemple servira d’école à d’autres privés maliens pour le bien-être de nos populations « , a déclaré le Dr. Ibrahim Togola, Président de Agro Industrie Développement SA peu avant la signature du Protocole. Au Directeur du Projet IICEM, Jean François Guay, d’ajouter:  » Nous félicitons le Ministère de l’Environnement et de l’Assainissement pour son implication auprès de la société privée AID SA dans cette initiative heureuse qui, si elle aboutit, va contribuer fortement à préserver la forêt tout en réduisant la pauvreté des populations. Le projet IICEM est très heureux d’être un acteur -clé dans ce processus « .

Le Directeur de l’USAID, James Graham, a, par ailleurs, noté que sa  » présence marque tout l’intérêt que le Gouvernement des Etats-Unis porte à la gestion durable des ressources naturelles et à la conservation de la diversité biologique «  et émis l’espoir que  » chacune des parties respectera ses engagements dans le cadre du protocole pour marquer, de fort belle manière, leur contribution à la fête du Cinquantenaire de l’indépendance du Mali. »

Pour le Ministre de l’Environnement et de l’Assainissement, le Professeur Tiémoko Sangaré, cette cérémonie revêt une signification toute particulière et cela pour trois raisons essentielles. A le croire, elle confirme, d’abord, la pertinence de l’option du partenariat public/privé choisie par son département comme modèle de gestion durable des forêts classées et des aires protégées.

Elle consolide, ensuite, le partenariat entre la direction nationale des eaux et forêt et l’AID-SA dont la finalité est la préservation des ressources forestières et faunitiques avec en toile de fond, la mise en œuvre d’un projet REDD+ et la promotion de l’écotourisme dans la zone. Elle concrétise, enfin, l’appui des partenaires techniques et financiers en faveur de la gestion durable des ressources forestières et fauniques du Mali.

Ce financement offre à son département, non seulement, l’opportunité de gérer durablement les forêts, mais aussi et surtout, de les valoriser par la présence du Mali sur le marché international de carbone.

L’évènement a, en outre, enregistré la présence du ministre de l’Agriculture, Aghatam Ag Alhassane, des responsables administratifs, des élus nationaux et locaux, des représentants des communautés riveraines des cercles de Bougouni et de Yanfolila, du Président de l’Assemblée Régionale de Sikasso et du Président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agricultures du Mali.

Soumaila GUINDO

02 Août 2010.