Partager

Autant à l’opposition qu’au sein de la majorité, les clubs et autres associations de soutien se sont multipliés à la faveur de la présidentielle du 29 juillet. Bien évidemment, ce sont des soutiens de circonstance, dont les animateurs pensaient trouver la poule aux œufs d’or. Mal leur en a pris puisque, pour beaucoup, l’argent ne coule pas à flot comme attendu. Aussi la tension est-elle vive dans des QG comme celui du président sortant. Son directeur de campagne, le pauvre Bocary Tréta, est devenu l’ennemi public n°1.
En plus des attaques sur les réseaux sociaux et dans les vidéos, celui qui n’était que le 3e choix d’IBK et à qui on refuse de donner les moyens par manque de confiance, a failli en venir aux mains avec un certain Sangaré, leader des clubs, mouvements et autres associations de soutien à IBK. Ce dernier aurait compris et ne voudrait pas être déplumé par des gens notamment dans le RPM qui ne sont là que pour les sous. Pour autant, on espère se remplir les poches avec le pactole annoncé pour le jour même de l’élection.

DAK

L’Indicateur du Renouveau du 18 Juillet 2018