Partager

Pour un groupe des candidats malheureux à la présidentielle dernière, la démocratie malienne est menacée par le régime en place. Pour lui barrer la route, un nouveau regroupement a été mis en place. Il est composé d’une soixantaine de partis politiques, des organisations de la société civile, et des leaders religieux.
Dénommé front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD), ce groupement se considère comme une sentinelle de la démocratie et surtout comme un contre-pouvoir.
Pourquoi un tel mouvement? Les initiateurs ne tarissent pas d’éloges pour exprimer leur réelle volonté de se dresser contre le pouvoir en place. Le FSD va-t-il réussir à mener jusqu’au bout la mission de défense de la démocratie dont il se fait prévaloir? Dans sa forme, le FSD donne l’impression d’un remake.

Le mouvement ainsi lancé ressemble fort au défunt collectif des partis de l’opposition (COPPO) ou à l’éphémère front pour la défense de la République (FDR). Sauf qu’à la différence de ces deux regroupements cités, le FSD à l’avantage de la situation de crise généralisée dans le pays.

DAK
L’Indicateur du Renouveau du 09 Octobre 2018