Partager

La récente sortie médiatique d’Iyad Ag Ghali et la publication d’un tract présumé d’Al-Qaïda suspendent l’épée Damoclès sur la tête d’anciens leaders de la rébellion.
A Kidal, pour les leaders du HCUA qui se sont blanchis à la faveur de la reprise en main des régions du Nord aux mains des jihadistes, la tension est à son paroxysme puisque les jeunes qui partagent l’avis du leader d’Ançar Eddine sont prêts à faire la fête aux chefs rebelles qui ont bradé leur « sang ».

Il s’agit, vous l’avez compris, des enfants Intallah, naguère alliés d’Iyad Ag Ghali, qui ne dorment plus que d’un œil depuis plusieurs semaines. Ils payent ainsi leur alliance passée avec les terroristes dont certains sont venus en 2012 du Nigeria, voire du Soudan et de la Somalie pour leur prêter main forte contre le Mali.

C’est pourquoi des spécialistes ont pensé un moment que les assaillants de vendredi dernier étaient venus régler les comptes à trois éléments de la CMA logés par la Minusma à Radisson Blu, mais qui avaient été déplacés la veille de l’attentat. Néanmoins, leur passé continuera de les poursuivre.

DAK

L’Indicateur du Renouveau du 25 novembre 2015