Partager

Effective le lundi 9 octobre dernier, la rentrée scolaire 2017-2018 est marquée par plusieurs incidents qui pourraient à la longue jouer sur son déroulement normal. En plus de la fermeture de nombreuses écoles dans le Nord et le Centre, il y a aussi des menaces de grève qui planent sur l’année scolaire. Même si du côté du gouvernement, l’assurance a été donnée qu’une école apaisée et transparente sera une réalité, des indices prouvent le contraire.

La particularité de l’année scolaire 2017-2018 est qu’elle intervient au moment où un établissement de référence, « Collège Horizon », est dans l’impasse. Cette école qui, durant des années, a misé sur l’excellence à travers la formation soutenue d’enfants maliens, voit son effort enterrer pour des considérations politiques.

Pis, un doute réel pèse sur la qualité et la compétence de la Fondation Maarif, « repreneur » de « Collège Horizon ». Une équation que les pouvoirs publics du Mali n’arrivent pas à gérer, car l’administration provisoire décidée en dernier ressort n’est qu’un pis-aller. En attendant, ce sont les élèves et leurs parents qui payent cash les pots cassés de cette guéguerre entretenue par Ankara.

DAK

L’Indicateur du Renouveau du 11 Octobre 2017