Partager

La fronde anti-révision constitutionnelle est menée en grande partie par la couche juvénile et des activistes. Elle révèle en tout cas l’éveil de la jeunesse malienne. Réunis au sein de plusieurs associations et organisations apolitiques, de jeunes Maliens, désormais, veulent se faire entendre en toute indépendance. Mais, au regard de la mobilisation, qui a pu convaincre les sceptiques, des personnalités politiques tentent de récupérer insidieusement ce mouvement citoyen pour s’offrir une nouvelle virginité.
Des personnes autres que des jeunes accompagnent sincèrement la cause certes, mais depuis le succès de la marche, des acteurs connus des milieux politiques jouent des coudes. Il est impératif, pour les jeunes, de faire échec à toute tentative de récupération politicienne. Le constat est que ces hommes politiques et autres arrivistes bombent le torse pour savourer cette mobilisation réussie alors qu’ils rasaient les murs.
Il est de notoriété publique que le vent de changement que souhaite la jeunesse révolutionnaire est salutaire, mais il  ne devra en aucun cas garantir ceux qui ont géré et profité de ce pays. C’est à cette seule condition que la révolution en douce gagnera à changer l’ordre établi depuis plus d’un quart de siècle au profit d’une minorité méprisante, peu soucieuse du devenir des pauvres maliens.

DAK

28 Juin 2017