Partager


La question de l’immigration est d’actualité tant en Europe qu’en Afrique. De plus en plus, des immigrés clandestins originaires pour la plupart d’Afrique subsaharienne perdent leur vie en tentant de franchir la frontière européenne à la recherche d’un mieux être.

Cela se passe à un moment où les Européens multiplient les efforts de contrôle des flux migratoires. Depuis un certain temps, les pays européens, à travers l’Union Européenne, multiplient des actions en collaboration avec les pays africains afin de réduire le nombre des immigrés clandestins.

Une initiative de l’Union Européenne

C’est dans ce cadre que l’Union Européenne a créé un Centre d’Information et de Gestion des Migrations (CIGEM) au Mali, un projet pilote qui a été inauguré le lundi 6 octobre 2008 sous la présidence de Amadou Toumani Touré, président de la République du Mali accompagné du Commissaire européen chargé du développement et de l’aide humanitaire M. Louis Michel en présence du ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, des responsables européens et de plusieurs invités s’intéressant aux questions de migration.

Après la cérémonie d’ouverture, une table ronde coprésidée par le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine et le Commissaire européen au développement a été organisée avec comme thème “Vers une approche concertée de la gestion des migrations”.


Objectifs de la création du centre

Ce centre qui a pour objectif d’informer et d’aider les éventuels candidats à l’immigration, donnera des renseignements sur les risques liés aux réseaux d’immigration clandestine et aidera les autorités maliennes à négocier des accords d’immigration de main d’oeuvre avec chacun des Etats membres de l’Union Européenne et divers pays tiers, sans pour autant être un “job center”.

Autrement dit, il ne s’agit pas d’une agence pour l’emploi où ceux qui s’y rendent ressortent avec un emploi dans un pays européen comme par magie, mais d’assister le Mali à définir une politique migratoire en réponse aux préoccupations des migrants potentiels, des migrants de retour et des migrants résidant à l’extérieur du Mali.

Il faut par ailleurs souligner que ce centre est un projet pilote qui pourra s’étendre aux autres pays africains. Selon le Commissaire européen chargé du développement et de l’aide humanitaire ce centre illistre concrètement la manière dont l’Europe et l’Afrique tentent d’aider les immigrés de manière légale, équitable et digne, avantageuse pour toutes les parties concernées.

Dado CAMARA

06 Octobre 2008