Partager

Selon un communiqué qu’il nous a fait parvenir, la Confédération syndicale des travailleurs du Mali a décidé de renoncer au défilé du 1er mai et dénoncer en même tant, dans une lettre ouverte, la situation dans les régions du Nord du Mali. En lieu et place des activités festives de la fête du travail, la CSTM invite toutes ses structures à organiser des activités de solidarité à l’endroit des victimes militaires et civiles. Et cela, à travers des conférences débats et de presse, des activités de don de sang et une marche de soutien avec remise de certificat de reconnaissance aux forces armées et de sécurité. La CSTM, à travers une lettre ouverte au président de la République, sort de son silence en condamnant fermement les attaques et les atrocités commises par les bandits armés appuyés par des combattants d’AQMI.

La lettre ouverte signée du Secrétaire général de la CSTM, Hammadoun Amion Guindo, est adressée au président de la République, Amadou Toumani Touré. Cette lettre condamne la mauvaise gestion faite de la crise du Nord et cela, depuis 1991. Ainsi, la centrale s’incline devant les dépouilles des victimes et apporte son soutien à leurs familles et aux blessés. Par ailleurs, la Confédération réaffirme solennellement sa position de 2006 relative à la gestion des problèmes du Nord, en l’occurrence sa désapprobation des Accords d’Alger. Du coup, elle regrette amèrement que l’histoire lui ait donné raison.

En outre, la CSTM demande, et sans délai, le redéploiement avec les moyens adéquats des forces armées et de sécurité dans tout le septentrion du Mali et, par conséquent, le retour des représentants de l’administration sans aucune considération ethnique et régionale.

Le Mali étant Un et Indivisible, la Confédération demande avec instance au président de la République de prendre urgemment des mesures et décisions idoines pour ramener la cohésion au sein des forces armées et de sécurité. De même que la paix, la sécurité et la stabilité dans les régions du Nord en particulier et sur toute l’étendue du territoire en général.

Enfin, la CSTM réaffirme son engagement et sa détermination à ce que le Mali, depuis des siècles, puisse demeurer un havre de paix.

Ramata TEMBELY

20 Mars 2012