Partager

Le forum économique se tient ce mercredi 4 décembre au ministère des Finances, en guise de prologue au sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique qui se déroule vendredi et samedi. Plus de 500 chefs d’entreprises français et africains se retrouvent donc en présence d’une vingtaine de ministres et de quatre chefs d’Etat. Quasiment tout le CAC 40 franco-africain est là pour cette réunion de haut niveau sur les rapports d’affaires entre le continent et la France. Il s’agit de donner un nouveau modèle, un nouvel élan entre la France et l’Afrique, tant il est vrai qu’ici, de l’avis de beaucoup de participants, la donne est imperceptiblement en train de se modifier. L’Afrique s’ouvre de plus en plus à de nouveaux partenaires, la Chine a vu ses parts de marché croître de 2% en 1990 à 16% en 2011. De 2000 à 2011 la France, elle, a chuté de 10 à 4,7 % sur le marché continental. Par ailleurs, le continent africain a vu tripler en cinq ans le montant de ses investissements étrangers, ce qui est un signal fort de l’intérêt économique qu’il suscite de la part d’opérateurs traditionnels occidentaux, ou de la part de ceux qui sont de plus en plus dynamiques, les nouveaux, les Turcs, les Brésiliens, les Indonésiens et bien sûr les Chinois. Si le montant des exportations françaises réussissait à doubler vers l’Afrique dans les cinq ans, disent les experts, cela pourrait créer 200 000 emplois, ici, en France. Rfi