Partager

Une rencontre dite des cadres et leaders de » l’Azawad « , regroupant des chefs de fraction, chefs de village, de tribu, des notables et des représentants des réfugiés, s’est tenue le lundi dernier dans la capitale du Burkina Faso. Il s’agissait pour ces responsables touaregs d’harmoniser leurs points de vue dans la perspective des négociations qui devront reprendre entre les signataires de l’accord de Ouagadougou 60 jours après la formation du nouveau gouvernement.

La rencontre de Ouagadougou intervient en prélude à un forum qui réunira des responsables militaires et politiques du MNLA et du HCUA, des notables de Kidal et des réfugiés dont l’objectif est de préparer le dialogue inclusif avec les nouvelles autorités maliennes.

Selon le président du conseil transitoire de l’Azawad, Bilal Ag Chérif, ce forum permettra aux populations de l’Azawad de discuter de leurs problèmes internes, de s’assurer de leur futur et de travailler ensemble pour faire face aux pourparlers qui devront définir le statut de Kidal.

Il s’agit aujourd’hui pour les responsables du mouvement national de libération de l’Azawad d’associer à leur combat tous les chefs de fraction ou village encore réticents quant au bien-fondé du combat qu’ils disent mener pour le bonheur des communautés du nord. On se rappelle qu’au cours d’une réunion dirigée par le président du conseil transitoire de l’Azawad, Bilal Ag Chérif, il y a de cela quelques mois, des dissensions étaient apparues entre partisans de l’unité du Mali et les séparatistes. Beaucoup de chefs de fraction avaient exprimé leur volonté de faire la paix avec Bamako et d’en finir avec cette crise qui a fait trop de victimes. Ces derniers partisans de l’unicité du pays ont fait comprendre aux responsables du mouvement national de libération de l’Azawad que la question d’une autonomie parait difficilement réalisable.

Les durs du mouvement partisans d’une autonomie de Kidal ont battu en brèche cette argumentation estimant qu’une harmonisation des points de vue d’ici la reprise des pourparlers de Ouaga leur permettra de faire valoir valablement leur point de vue.

Après la signature du préaccord à Ouagadougou, il est prévu que soixante jours après son élection, le nouveau président organise des pourparlers de paix plus consistants, notamment pour définir le statut administratif de l’Azawad et les stratégies de développement des régions nord du pays. Le tout nouveau ministre de la réconciliation nationale et du développement des régions du nord, Cheick Oumar Diarra, a annoncé la tenue prochaine des assises nationales.

Il nous revient que les prochaines négociations contrairement aux précédentes seront ouvertes à toutes les communautés du nord et non aux seuls représentants du MNLA et du HCUA.

Abdoulaye DIARRA

12 Septembre 2013.