Partager

Le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Mahamane Baby, a présidé, le lundi 25 Juillet dernier, à l’Azalaï hôtel Salam, la cérémonie de lancement du projet « The Next Economy» ; un projet du gouvernement du Royaume des Pays-Bas.

C’était en présence du Directeur de SOS Village d’Enfants du Mali, Pr Mamadou Marouf Keïta, de Mamourou Dabo, Directeur de la cellule d’encadrement des Villages SOS, du représentant de l’Ambassadeur du Royaume des Pays-Bas au Mali, Paril Tholen, des responsables d’Impact Hub Bamako, Issam Chleuh et de Bilal Dicko, ainsi que les 200 jeunes de la première vague de la 1ère promotion du projet
The Next Economy, ou le Future Economie est un projet du gouvernement hollandais.
L’objectif visé par ce projet est d’encadrer 512 jeunes maliens afin qu’ils puissent être insérés dans la vie active, à travers, entre autres activités, le démarrage de leur propre entreprise, la mise en place d’une start-up prometteuse et la bonne collaboration avec le secteur privé.

Ce projet est piloté par SOS Village d’Enfants du Mali en collaboration avec d’autres partenaires, notamment Impact Hub Bamako qui est chargé du volet formation, « Un pour cent clubs » et « Envious » également. Le projet « Next Economy » s’étale sur trois ans. L’accès à ce projet est ouvert à tous les jeunes Maliens de la tranche d’âge comprise entre 15 et 35 ans qui savent lire et écrire, diplômés ou non.

Il faut rappeler que 200 jeunes sont déjà en formation au niveau d’Impact Hub Bamako, et devront sortir en décembre prochain pour laisser la place à 200 autres. Ainsi, chaque vague de formation a droit à six mois de formation au terme de laquelle elle est coachée par un encadreur dans une entreprise privée. Selon la chargée de formation d’Impact Hub, Bilali Dicko, 400 jeunes seront formés chaque année pendant trois ans sur trois volets, notamment  le stage professionnel, l’emploi décent et le développement d’entreprise.

Pour le Directeur de la Cellule d’encadrement de SOS Village d’Enfants du Mali, Mamourou Dabo, ce projet est une opportunité permettra de répondre à son objectif qui « est de faire en sorte que le maximum de jeunes venus au Village SOS Enfant petits, qui sont devenus aujourd’hui des adultes puissent être insérés et voler de leurs propres ailes », a-t-il souligné. A rappeler que les formations se font toutes à Bamako.

Au cours de la cérémonie, les 200 jeunes de la première vague ont été présentés au public. Et les élèves ont au moins 3 heures de cours par semaine. A retenir que les frais de déplacement pour les candidats venant à plus de 36 km de Bamako sont pris en charge par les organisateurs.

Mohamed Naman Keïta

28 Juillet 2016