Partager

Le Parti pour la renaissance nationale a regroupé autour des thèmes comme « l’alphabétisation du monde rural et son impact sur la création d’emploi« , « la problématique de création des AGR en milieu rural » les jeunes du cercle de Kita notamment des communes de Seféto, Sebekoro, Sagabari, Kofeba, Djidjan, Namala, Niagané et de Kita. Des jeunes de Bamako ont aussi participé à cette session de formation présidée par le secrétaire général du Parena, Me Amidou Diabaté. La cérémonie d’ouverture, tenue au centre de conférence de Saint Félix à Kita, a enregistré la présence du maire de la ville, du représentant par intérim de la fondation Friedrich Ebert, Dr Salabary Doumbia, du directeur du centre Diossely Koné, Seydou Djimdé et plusieurs responsables du parti.

Pour le secrétaire général du Parena, Me Amidou Diabaté, la grave question de l’emploi des jeunes hante les nuits et les journées de milliers de jeunes du cercle de Kita, de leurs parents, de leurs proches et hypothèque l’avenir même du pays.

« Déboussolée et désespérément inquiète, notre jeunesse, faute d’alternatives crédibles, a refusé la fatalité en se tournant vers la mer. Ce faisant, elle a payé le plus lourd tribut en prenant le large dans les embarcations de fortune.

Elle a pris d’assaut les barbelés à « Ceuta et Melila ». Elle est morte de froid, de soif et de faim avant d’arriver sur l’île italienne de « Lampedouza ». Le Sahara en a englouti par dizaines ». Tel est le constat dressé par le secrétaire général du Parena sur la jeunesse malienne en général et en particulier les jeunes ruraux. Son parti se propose de dégager des solutions en échangeant avec les principaux concernés, c’est à dire les jeunes et surtout ceux du monde rural. Me Amidou Diabaté a indiqué que face à ce péril de l’émigration, le Parti pour la renaissance nationale, fidèle à sa ligne politique de « rassemblement des forces vives », a décidé de mettre ensemble les jeunes de Kita afin qu’ils réfléchissent, au-delà de leurs appartenances politiques, sur la question cruciale de l’emploi des jeunes. Ceux-ci devraient s’appesantir sur les potentialités agro-industrielles qu’offre le cercle de Kita. Le secrétaire général en a profité pour attirer l’attention des jeunes sur la nécessité de sortir de l’agriculture de subsistance en vue d’en faire un secteur pourvoyeur d’emplois productifs et durables. Il a appelé les jeunes à rester dignes et à ne pas se figer au mirage européen.

« Soyez, camarades jeunes, les pionniers, les dignes représentants d’une jeunesse fière et débout qui fait face à son destin dans son pays qu’elle a obligation de bâtir et de faire dos à la mer qui n’est que mirage« , a conseillé aux jeunes l’ancien ministre de la justice.
En appuyant l’organisation de cette session, disait le représentant de la fondation Friedrich Ebert, sa fondation voudrait contribuer à renforcer les compétences des jeunes pour mieux appréhender les problèmes socio-économiques et avoir une vision propre et claire du Parena sur la problématique de l’emploi et élaborer une politique optimale en matière d’emploi des jeunes qui servira sans doute « d’axe de développement dans le cadre de l’enrichissement du programme du parti. Il a suggéré aux partis politiques de s’impliquer davantage et se pencher résolument sur la recherche de solutions durables pour la réduction de la pauvreté à travers l’élaboration de véritables stratégies de création d’emplois, et d’emplois des jeunes.

Envoyé Spécial à Kita Idrissa Maïga

7 juin 07