Partager

reveyrand.jpg

La convention de financement du Programme d’appui à la jeunesse a été signée lundi après midi au ministère des Affaires étrangères. Ont apposé leur signature au bas du document : le ministre des Affaires étrangères et de la
Coopération internationale, Moctar Ouane, et l’ambassadeur de France au Mali, Michel Reveyrand de-Menthon.

Cette convention entérine un appui financier de 1,4 milliard de Fcfa apporté à notre pays sous forme de don, a expliqué le ministre Ouane.

Cet argent permet de mettre en oeuvre les engagements du président Touré dans son Projet de développement économique et social (PDES) et sa Lettre de cadrage de faire de l’emploi des jeunes une des priorités nationales.

L’appui de la France favorisera la création, l’accès et la sécurisation des emplois des jeunes, conformément au Programme national de promotion de la jeunesse (2006-2008). Il servira également à créer un cadre favorisant des perspectives d’avenir à la jeunesse rurale et urbaine.

Toutes ces actions participent de la dynamique de prise en compte des recommandations notamment du 23è sommet Afrique-France tenu dans notre pays en décembre 2005 et dont le thème était : « la jeunesse africaine, sa vitalité, sa créativité, ses aspirations« .

Moctar Ouane a expliqué que les bénéficiaires du Programme d’appui à la jeunesse sont les jeunes de moins de 35 ans qui représentent 77% de la population totale. Bon nombre d’entre eux sont des ruraux, en majorité analphabète et le plus souvent contrainte à l’exode.

Quant aux jeunes urbains, ils sont pour la plupart des diplômés sans emploi, des travailleurs des secteurs formel et informel, des compressés des secteurs public et parapublic, des élèves et étudiants. Le programme n’oublie pas les jeunes handicapés, les jeunes de la rue, ceux en situation difficile ou exerçant de petits métiers.

Le Programme d’appui à la jeunesse prévoit de nombreuses actions orientées vers l’appui au secteur privé, la formation professionnelle et l’approvisionnement en eau des régions de Kayes et de Mopti.

S. KONATÉ

L’Essor du 16 avril 2008.