Partager


Pape Sène, Sirafili Sissoko et Alima Bah, tous employés dans l’organisation de l’Opéra du Sahel, ont été déférés, le jeudi 19 juin 2008, à la Maison centrale d’arrêt de Bamako. Dans une interview accordée à votre quotidien « Le Républicain », Els Van Der Plas, directrice de la fondation Prince Claus, dégage la responsabilité de son institution et de la famille Royale des Pays-Bas dans l’action judiciaire qui a conduit Pape Sène et ses collaborateurs en prison.

Alors qu’à Bamako certains s’évertuent à leur coller l’initiative de la plainte. Pour elle, cette affaire ne concerne que le gouvernement malien.

Peut-on savoir si la famille royale ou la fondation Prince Claus a porté plainte contre les administrateurs de l’Opéra du Sahel au Mali?

La Famille Royale et la Fondation Prince Claus n’ont pas porté plainte.

Quel est le montant global que la fondation a investi dans la production de l’Opéra et dans l’organisation des tournées?

Un montant de 680 000 euros, soit environ 446 080 000 Fcfa, sur une période de trois ans.

Le budget total de l’Opéra du Sahel était consacré à la sélection des compositeurs et des artistes, à l’évaluation des compositions et des concepts par un jury, aux ateliers organisés au Sénégal en 2006, à la recherche de talents en Afrique, à l’écriture de la composition, à l’écriture du livret, aux répétitions à Bamako et Ségou, à la première à Bamako, aux voyages, hôtels, visas, etc. de l’équipe artistique de plus de 80 personnes et aux représentations à Amsterdam et à Paris.

Quelle a été la contribution de l’Etat du Mali?
L’Etat du Mali est coproducteur de l’Opéra et dans ce rôle, le Mali était chargé de toute la logistique et l’organisation d’une grande partie de l’Opéra.

La création et la production de l’Opéra ont demandé beaucoup d’efforts (comme vous pouvez lire plus haut), il y avait la première à Bamako, il y avait les répétitions et toutes les préparations pour la tournée avec cette grande équipe à Amsterdam et à Paris.

Quelle a été la contribution du théâtre du Châtelet?
Le Théâtre du Châtelet est coproducteur et celui-ci a organisé les représentations à Paris.

Nous avons appris qu’en accord avec la fondation, les artistes et les administrateurs qui ont travaillé sur l’Opéra du Sahel ont crée une association opéra du sahel qui sera désormais chargée d’organiser la tournée de l’Opéra. Est ce vrai?

La Fondation Prince Claus a passé un contrat avec le ministère de la culture au Mali. Ce contrat stipule que le ministère du Mali allait fonder une association.

La Fondation Prince Claus allait créer une fondation : elle a fondé La Fondation de l’Opéra du Sahel. Le ministère a dans un premier temps travaillé avec la structure du Palais de la Culture et c’est seulement plus tard qu’il a fondé une association.

Pouvez-vous nous confirmer qu’il y a eu des détournements au niveau de l’équipe qui a organisé l’opéra du Sahel au Mali?

Nous ne sommes pas au courant.

Quel est le dispositif de gestion administrative et financière qui était mis en place pour l’organisation de l’opéra du sahel et des tournées?

Comme je vous l’expliquais plus haut, la structure officielle était la suivante. La Fondation Prince Claus a passé un contrat en qualité de coproducteur avec le ministère de la Culture au Mali.

Ce contrat stipule que le ministère allait fonder une association, ce qu’il a fait – mais plus tard. Le bureau de production malien fondé précédemment s’occupait de l’organisation et la gestion financière et de l’administration au Mali.

La Fondation Prince Claus a créé une association de l’Opéra du Sahel afin qu’elle s’occupe de l’organisation administrative et financière néerlandaise. Par ailleurs, elle avait engagé une personne pour surveiller le budget total, autrement dit s’assurer que les dépenses cadraient bien avec le budget.

Comment avez-vous accueilli l’arrestation d’un certain nombre de vos collaborateurs au Mali qui seraient accusés de malversation?
C’est une affaire qui concerne le gouvernement Malien.

Selon les rapports que vous avez à votre disposition, est ce qu’il transparaît les traces d’une quelconque malversation ? En d’autres termes, qu’est ce que vous reprochez à Pape Sène, à son comptable Sirafili Cissoko et à la Secrétaire Alima bah?
Nous ne savons pas quel est le chef d’accusation.

Avec ces arrestations, est ce que l’on doit dire adieu à l’opéra?

Nous n’avons pas encore pris position à ce sujet.

Allez vous constituer une nouvelle équipe pour l’organisation des tournées comme le souhaite votre partenaire malien?

Il me semble que nous devons au préalable nous entretenir avec le ministère de la culture au Mali avant de prendre une décision.

Quelle est la nature du contrat qui vous lie aux personnes arrêtées? Est ce qu’il est possible à la partie malienne de recruter de nouvelles personnes?

Nous n’avons pas un contrat avec elles.


Assane Koné

27 Juin 2008