Partager

Bintou est secrétaire de direction de formation. Elle est sérieuse, du moins, dans l’apparence. Elle a un comportement exemplaire qui ne laisse personne indifférent. Amadou Togo, aujourd’hui employé d’un hôtel de la place, apprécie bien le comportement de cette jeune femme qui était d’ailleurs, san camarade de classe. Il a toujours eu de l’estime et a voué un respect sans limite à cette dernière.

A la recherche d’une femme idéale pour son grand-frère, resté longtemps dans le célibat, Amadou Togo, propose Bintou à son frère Moussa. Cette dernière, selon lui, répond aux qualités d’une femme de foyer.

Les deux adultes se marièrent alors et la famille accepta unanimement la nouvelle belle-fille. Au bout de deux mois de mariage, Moussa, la quarantaine entamée, sera informé qu’il aura bien tôt une descendance. La nouvelle fut accueillie avec joie dans la famille. Mais c’était sans compter avec l’autre face de celle que le beau-frère et ancien camarade, Amadou, a prise pour une sainte immaculée de tout péché.

Eh bien oui, Amadou le beau-frère de Bintou a tout gâché pour avoir été témoin de l’infidélité de celle-ci. Et de quelle manière ? De la plus ignoble qu’on puisse imaginer !

Les faits : ils remontent à il y a deux mois. Amadou, réceptionniste de profession dans un hôtel de la place, vint ouvrir la portière d’une Mercedes, comme il en a l’habitude. La surprise d’Amadou fut naturellement grande quand il vit descendre de la Mercedes cette après-midi-là, sa belle-sœur. Elle avait rendez-vous avec son amant à l’hôtel. Celui-ci avait déjà fait réserver une chambre pour deux, avec toutes les commodités. L’hôte étant roi dans l’établissement hôtelier, le client avait recommandé à Amadou d’aller chercher dans la voiture celle qui devait passer l’après midi avec lui.

En bon réceptionniste, Amadou ira attendre à la porte, attendant la compagne de monsieur le client. Quelques minutes plus tard, la Mercedes décrite s’immobilisa devant l’hôtel. Amadou s’empressa d’aller ouvrir la portière à la bonne dame. Mais comble, la dame en question est, vous le devinez, Bintou considérée comme une pieuse, la femme idéale qu’Amadou a recommandée à son grand-frère. Elle portait une mini-jupe noire avec un décolleté noir qui allait bien avec son teint clair. Amadou, sûr de s’être trompé, repassa la paume au visage, pour s’assurer qu’il s’agit vraiment de sa belle-sœur.

Eh bien non, il ne s’est pas trompé, et Bintou, aussi teigneuse qu’elle est s’empresse de lancer à celui-ci :  » Amadou laisse moi passer dèh, je suis pressée !  » Le bousculant sur son passage, en direction de la chambre où l’attend  » son  » homme. Amadou, bouche bée ne sut que lui répondre. Dubitatif, il pensait halluciner, ressassant des revers de la main la scène, tout en se demandant si c’était réellement Bintou ou son sosie : « Est ce que je ne suis pas en rêve ? », s’interrogeait. Après quelques heures, Bintou sort, bras-dessous bras-dessus, avec son amoureux pour déposer la clé de la chambre à la réception, fixant dans les yeux Amadou, rêvassant.

Après-midi gâchée pour lui, qui était pressé d’arriver à la maison, afin de demander des explications à sa belle-sœur. Une fois à la maison, il trouva que sa belle-sœur, comme d’habitude, a préparé le dîner, son chapelet à la main, l’attendant de pied-ferme. Mais Amadou n’a pas d’appétit cette après-midi là. Il décide directement de l’affronter. Madame Togo ne nie pas les faits, mais promet de faire voler en éclat l’unité de la famille s’il en soufflait mot à son grand-frère, Moussa, son mari à elle. Elle menaça Amadou de l’accuser de lui faire la cour au cas où il l’en informait. Amadou se trouve une nouvelle fois dans une dépression. Dilemme ! Car il doit choisir entre dire la vérité et accepter d’affronter la colère de son grand-frère qui croit à sa femme comme à un prophète ou se taire et laisser faire les choses. Il opte d’abord pour la seconde solution, tout en poursuivant son  » enquête « , à l’issue de laquelle, il découvre le pire.

Enceinte de deux mois, la grossesse de Bintou n’appartient pas à son mari. C’est alors qu’il décida de mettre un terme à son silence, et, ainsi de laver l’affront de la famille. Mais cela, sans compter avec la réaction de son frère qui est déjà aveuglé par Bintou. Lui qui a atteint la quarantaine, heureux déjà de savoir qu’il serait père dans sept mois, lui dire que tout cela n’est qu’erreur et que l’enfant n’est point de lui, que sa femme l’a trompé, elle la sainte ? Hélas, Moussa fini par taxer son frère de  » jaloux  » quand celui-ci lui dit tout dans les détails.

L’épouse infidèle met à exécution sa menace, en dissimulant un jour, un slip de son beau-frère qu’elle a volé dans sa chambre. Elle appela d’urgence son mari du travail. Lui raconte que son jeune frère a essayé d’abuser d’elle, mais qu’elle a crié et refusé de céder à ses avances. Qu’il s’en est échappé et a abandonné ses dessous. Aveuglé par la jalousie, enivré par la rage, il s’en alla réprimander publiquement son frère qui se trouvait dans son grin avec ses amis. Amadou, incompris et non écouté, décida de mettre fin à ses jours. Mais, il sera sauvé par ses amis qui ont réussi à l’évacuer, de justesse, à l’hôpital. En fait, il avait tenté de s’éventrer.

Affaire à suivre.

Djibril Sacko

Le Matin du 02 Septembre 2010.