Partager

bebenoir-2.jpg

Décidément, on aura tout vu et tout entendu dans ce Mali démocratique. Pour se marier à son copain, une fille de 24 ans, simule une grossesse de ce dernier. De stratégie en stratégie, elle s’offre le bébé de sa propre cousine qu’elle fait rebaptiser par sa future belle famille. L’affaire s’échappe de la boîte à secret et le voile se lève sur un scandale qui ne dit pas son nom. La brigade chargée de la Protection des Mœurs et de l’Enfance se saisit de l’incroyable et arrête l’escroc le 17 mars dernier.

Il s‘agit de la demoiselle Sadio Keita, se dit vendeuse de bazin teinté au grand marché de Bamako, domiciliée à Sénou-village. Depuis quelques années, elle a des liaisons intimes avec un jeune homme, résidant à Lafiabougou en Commune IV du district de Bamako. Au-delà de son aventure amoureuse, la demoiselle Sadio Keita veut se marier avec son copain. Mais, comment y parvenir ?

C’est la seule question qui tourbillonne dans la tête de Sadio Keita. Car, à chaque fois qu’elle parle de son mariage avec son cœur élu, ce dernier s’embourbe dans des commérages. Elle imagine alors un plan pour atteindre son objectif. Un jour, sans d’autres précisions, elle informe son copain qu’elle est enceinte de ses oeuvres depuis quelques jours. Celui-ci la croit sur parole.

Mais les mois passent sans que la grossesse de Sadio n’évolue guère. Le futur père, las de patience, presse Sadio de questions pour savoir l’évolution de sa grossesse. Elle explique avoir retardé son évolution à l’aide de la chimie noire à cause des petites querelles qui les opposent. Celui-ci ne savait pas que sa copine cherchait des moyens pour s’approprier un enfant d’autrui.

Voilà que sa cousine domiciliée chez ses parents à Djcoroni-Para en Commune IV, accouche d’un enfant prématuré, de sexe masculin. Son père le baptise Moussa. Deux mois plus tard, celle-ci est terrassée par une maladie au niveau de son sein droit qui a nécessité une intervention chirurgicale.

Sadio ayant eu connaissance de cette nouvelle, se transporte au domicile de sa cousine à. Elle demande à ramener le petit Moussa avec elle à Sénou, histoire de bien l’entretenir. La mère de l’enfant accepte l’offre, mais elle informe son père du geste de Sadio. Celui-ci donne son aval, car selon lui, il n’y avait personne dans la famille pour s’occuper du petit Moussa souffrant de la prématurité.

A peine est-elle arrivée dans sa famille qu’elle a aussitôt téléphoné à un de ses beaux frères pour lui faire part de son accouchement. La joie envahit la famille Daniogo à Lafiabougou pendant que la vraie mère de l’enfant écumait de colère du fait que la demoiselle Sadio ait pris tout ce temps sans retourner avec sa progéniture.


Le petit Moussa rebaptisé Mamadi Daniogo

« Lorsque l’enfant paraît, le cercle de famille applaudit à grands cris. Ses yeux qui brillent font briller tous les yeux », écrivait le célèbre écrivain Français Victor Hugo.

Dans la famille Daniogo, c’était plutôt la joie mêlée à l’émotion, car l’enfant qui vient de naître prendra le nom du défunt frère de son père. La sœur aînée de l’heureux père organise le baptême. Elle achète pour la circonstance un bélier à 75000FCFA, sans compter une dépense d’importante somme de nos francs.

Le jour du baptême, nombreux sont les Daniogo et proches qui n’ont pas pu retenir leurs larmes pour accueillir dans leur rang l’homonyme de leur regretté Mamadi. La fausse mère rassemble argent, plus d’une trentaine de pagnes Wax et des cartons de savon.

Mais ce qu’ils ne savaient pas, au même moment, la vraie mère cherchait activement Sadio Keita pour récupérer son bébé. Elle envoie une de ses soeurs dans sa famille à Sénou. Mais, ici, on apprend à cette dernière qu’elle était allée à un baptême.

Le lendemain, Sadio se précipite chez sa cousine, mais sans le petit Moussa. Elle explique que l’enfant se trouve avec une bonne qu’elle a engagée pour s’occuper de lui. Elle ajoute qu’elle était partie à un baptême d’une de ses copines qui a donné son nom à sa fille. C’est pour cette raison que l’envoyée de sa cousine l’a trouvée absente.

Sadio croyant avoir réussi son coup, prend congé de sa cousine. Le surlendemain, celle-ci la surprend dans sa famille à Sénou. Sans chercher à savoir quoi que ce soit, elle récupère son enfant avant de retourner chez elle à Djicoroni-Para. Le même jour, le père de l’enfant et ses copains se rendent chez Sadio pour voir le petit Mamadi.

Mais, en lieu et place du nouveau-né, ils ont buté contre un berceau vide. C’était la désillusion totale. Le jeune Daniogo informe sa sœur. Celle-ci a cru rêver. Elle interpelle Sadio qui lui a juré avoir accouché de l’enfant litigieux. Mais, dans aucun centre de santé communautaire, la sœur du jeune Daniogo n’a eu la moindre trace.

Visiblement bouleversée par l’attitude de Sadio Keita, elle l’a conduite à la brigade chargée de la Protection des Mœurs et de l’Enfance. Interrogée par la divisionnaire de police Ami Kane sur les faits qui lui sont reprochés, la demoiselle Sadio s’est essayée dans la Loufoque.

Mais, très vite, elle déchante lorsque son sort a été confié à Jack Bauer, l’inspecteur de police Souleymane Niapougui, chef de la brigade de recherche. Peu de temps après Sadio craque. Elle déclare n’avoir jamais contracté une quelconque grossesse.

Elle veut simplement se marier à son amant qu’elle aime. C’était-il vraiment la solution ? La commissaire divisionnaire de police Ami Kane la met aux arrêts pour escroquerie et enlèvement d’enfant. Elle attend son ticket pour Bollé.


O. BOUARE

Kabako du 21 mars 2008.