Partager


En baissant pavillon dimanche dernier (5 tirs au but à 4, 0-0 dans le temps réglementaire) face aux Lions de la Teranga du Sénégal au 1er tour des éliminatoires du Championnat d’Afrique des nations (Chan), les Aigles locaux déçoivent le peuple malien et disent adieu à la 1re édition de la compétition prévue en Côte d’Ivoire en 2009.

Après leur parcours honorable en Coupe de l’Uémoa à Ouagadougou et leur sacre lors de ma dernière Coupe Amilcar Cabral, les Aigles locaux, drivés par Cheick Oumar Koné, avaient beaucoup impressionné les Maliens. Des amoureux du ballon rond n’hésitaient même pas à dire que cette légion locale pouvait constituer un bon réservoir pour les Aigles A dont certains joueurs sont des plus décevants.

Le Chan offrait donc l’opportunité à ces locaux de s’affirmer davantage sur la scène continentale et de pouvoir probablement monnayer leur talent à l’étranger. Hélas ! Tout est parti à l’eau. Non à cause de la qualité des joueurs, mais plutôt d’une mauvaise gestion par le staff technique, qui n’a pu utiliser judicieusement le potentiel à sa disposition.

Sortis massivement pour supporter les Aigles, les supporters ont quitté le stade assommés et grognards. Car, personne n’avait donné les nôtres perdants, y compris des confrères sénégalais, face à leur modeste formation. Surtout que les Sénégalais sont sevrés de compétitions à cause du bicéphalisme et du conflit qui prévalent dans milieu footbalistique du pays de Jules François Bocandé.

L’entraîneur Cheick Oumar Koné n’a à aucun moment du match pu mettre en place un système de jeu cohérent qui pouvait permettre à ses poulains de concrétiser leur domination outrancière.

D’entrée de jeu, il a aligné une équipe composée de bons remplaçants habituels, qui n’ont pas pu tirer leur épingle du jeu. Et en les maintenant, l’ancien entraîneur du Nianan de Koulikoro, de l’Usfas et de l’AS Real a fait l’affaire de l’équipe adverse.


Faillite

Dès le quart d’heure initial, les Aigles B ont monté la pression autour des buts sénégalais, mais Vito Badiane et ses coéquipiers leur ont tenu la dragée haute en gardant leur but inviolé.

Leur mission a été facilitée par le positionnement des joueurs maliens qui se marchaient sur les pieds. Le surnombre créé en milieu de terrain avec un regroupement « inédit » et la permutation dans les couloirs entre Karim Sogoba et Amadou Diamouténé comptent parmi les erreurs qui ont scellé le sort des nôtres.

Sentant le mal venir avec une équipe en panne offensive, Cheick Oumar Koné a intégré successivement les attaquants Souleymane Dembélé, Yahaya Coulibaly et Bakary Coulibaly, mais ceux-ci n’ont pas pu trouver la faille, en partie grâce à leur positionnement et en l’absence d’un leader incontesté au milieu de terrain.

Le jeune Mahamane Abdramane, qui animait ce secteur de jeu et qui donnait du fil à retordre à ses adversaires, a été malheureusement remplacé. Le coach Cheick Oumar Koné a donc failli dans sa mission de mettre les bons hommes au bon moment et à la bonne place.

Ayant géré le match avec ruse, les Lions de la Teranga locaux ont fini par se qualifier à l’issue des tirs au but. Ils affronteront la Guinée au dernier tour qualificatif. D’ici là, ils pourront se mettre en jambe avec le démarrage de leur championnat national.

Le public sportif malien, lui, ne peut que regretter l’élimination prématurée d’une génération de joueurs talentueux, qui l’avait fait rêver à la Coupe Cabral et au tournoi de l’Uémoa.

Ogopémo Ouologuem

(stagiaire)

20 Mai 2008