Partager

Le Mali et le Rwanda s’affrontaient dimanche au stade du 26 Mars pour le compte de la quatrième journée des éliminatoires de la Coupe du monde, Brésil 2014. Au terme des 90 minutes, les deux équipes se sont neutralisées 1-1. Au but de Medie Kagere (34è min) a répondu le défenseur central des Aigles, Mahamadou N’Diaye (77è min). Avec ce nul, la sélection nationale se retrouve avec deux points de retard sur l’Algérie qui est allée s’imposer 3-1 au Bénin devant les Ecureuils. C’est donc une mauvaise opération pour le Mali qui était au coude à coude avec l’Algérie jusqu’à cette quatrième journée. Au classement, l’Algérie compte 9 points, contre 7 pour le Mali. Le Bénin et le Rwanda comptent, respectivement 4 et 2 points. Le match nul concédé devant le Rwanda ne condamne pas le Mali mais il hypothèque sérieusement les chances de notre pays dans la qualification.

Car pour être sûrs de se qualifier, les Aigles doivent impérativement battre le Bénin dimanche prochain et aller s’imposer en l’Algérie, le 6 septembre prochain. Arithmétiquement, rien n’est encore perdu pour les Aigles mais le capitaine Seydou Keïta et ses coéquipiers sont désormais dos au mur et ne peuvent s’autoriser le moindre faux pas lors des deux dernières journées. Quand on sait que le dernier match des Aigles aura pour cadre le stade de Blida, on peut aisément deviner la délicatesse de la tâche qui attend les nôtres. Dimanche, les Aigles avaient impérativement besoin de la victoire pour être sûrs de garder le contact avec le premier du groupe l’Algérie. Malheureu-sement les nôtres ont trébuché dans un match qu’ils ont dominé de bout en bout sans pour autant réussir à faire l’essentiel, c’est-à-dire marquer des buts.

Ce match nul démontre une fois de plus l’écart qui sépare notre pays des grandes équipes qui gagnent quand elles doivent gagner surtout à domicile. Dans cette rencontre, le sélectionneur Amadou Diallo a préféré un 4-3-3 que notre pays utilise depuis plusieurs sorties. Mais dans ce genre de match où l’on doit impérativement marquer des buts, la présence de deux milieux récupérateurs pour un seul attaquant était risquée. A notre avis, il était logique d’opter pour un 4-1-3-2 avec Mahamadou Samassa et Mana Dembélé en pointe. Dominateurs de la partie, les hommes d’Amadou Pathé Diallo ont cruellement manqué de réalisme devant les buts adverses. Au cours de cette rencontre les Aigles ont effectué plus de 30 centres qui n’ont pratiquement rien donné.

Il y a aussi le style de jeu trop stéréotypé de la sélection nationale qui a beaucoup facilité la tâche des Rwandais. En clair, il y a eu très peu de séquences de jeu, alors que l’équipe avait besoin de varier son jeu pour espérer déstabiliser la défense adverse bien commandée par le gardien Jean Claude Ndori. On pouvait compter sur Abdou Traoré pour faire des raids solitaires et pousser les visiteurs à la faute. Le Bordelais s’est illustré sur quelques actions, mais cela n’a duré qu’un petit quart d’heure. Dès l’entame de la rencontre les Aigles assiègent le camp adverse. Sigamary Diarra tire à côté suite à un centre de Fousseyni Diawara, (6è min).

Après 5 minutes de pressing, les Aigles temporisent le jeu et essaient de construire à partir de leur base en passant par les couloirs. Techniquement limités, les Rwandais feront bloc derrière pour contrer les assauts adverses. Il faudra attendre la 13è minute pour voir les visiteurs sortir de leur camp. Jean Claude Iranzi expédie un tir d’environ 30 mètres qui sera capté sans problème par Soumaïla Diakité, (13è min). Les Aigles continuent de se créer des occasions. Servi par Seydou Keïta, Mahamadou Samassa pénètre dans la surface avant d’offrir un caviar à Sigamary Diarra qui tire à côté (23è min).

A la demi-heure de jeu Tongo Hamed Doumbia prend ses responsabilités. Le milieu défensif de Wolverhampton fait une course d’environ 40 mètres avant de tirer dans le petit filet. Dominateurs dans le jeu, les Aigles seront surpris peu après la demi-heure par leurs adversaires. Suite à une longue balle rwandaise dans le camp malien, le défenseur central, Mahamadou N’Diaye remet malencontreusement le cuir à l’attaquant rwandais Medie Kagere qui fusille Soumaïla Diakité à bout portant (1-0, 34è min). Les nôtres courent derrière le score comme toujours depuis le début de ces éliminatoires, mais rien ne changera au tableau avant la mi-temps et ce, malgré une belle tentative de Sigamary Diarra dans le temps additionnel (45è min +1).

En 2è période le scenario reste identique. D’un côté, les Aigles dominent la partie et multiplient les alertes dans la surface adverse. De l’autre le Rwanda reste recroquevillé derrière et procède par des contres. Aux 65è, 66è et 72è minutes, les Aigles obtiennent la balle de l’égalisation, mais Seydou Keïta, Mahamadou N’Diaye et Fousseyni Diawara échoue chacun sur la défense rwandaise. Mais à force d’insister, les nôtres seront récompensés peu après l’entame du dernier quart d’heure, lorsque Mahamadou N’Diaye place une tête victorieuse sur un centre de Mana Dembélé (1-1, 77è min). Le stade du 26 Mars explose, le match venait d’être relancé et tout restait possible pour les Aigles à 13 minutes de la fin du temps réglementaire.

Dans les 10 dernières minutes, les protégés d’Amadou Pathé Diallo accentuent la pression pendant que les gradins donnaient de la voie à l’équipe. Mana Dembélé envoie un tir canon qui est repoussé en corner par le portier rwandais Jean Claude Ndori, (81è min). Une minute plus tard la tête piquée de Mahamadou N’Diaye (encore lui) passe à côté suite à un centre de Seydou Keïta (82è min). Les Rwandais sont acculés dans leurs derniers retranchements, mais ils résistent jusqu’au bout et arrachent un nul inespéré. Au passage, l’arbitre tunisien, Kordi Med Saïd refuse un penalty indiscutable aux Aigles, suite à une faute de main dans la surface de réparation rwandaise. Anecdotique !

L. M. DIABY

Dimanche 9 juin au stade du 26 Mars Mali-Rwanda : 1-1 Buts de Mahamadou N’Diaye (77è min) pour le Mali; Medie Kagere (34è min) pour le Rwanda. Expulsion de Haruna Niyonzima (64è min) du Rwanda. Arbitrage du Tunisien Kordi Med Saïd assisté de ses compatriotes Hassani Bechir et Hmila Anouar. Commissaire de match : Belkhayat Saïd (Maroc). Mali : Soumaïla Diakité, Adama Tamboura, Fousseyni Diawara, Mahamadou N’Diaye, Adama Coulibaly (Salif Coulibaly), Samba Sow (Mana Dembélé), Tongo Hamed Doumbia (Yacouba Sylla), Sigamary Diarra, Abdou Traoré, Seydou Keïta (cap), Mahamadou Samassa. Entraîneur : Amadou Diallo. Rwanda : Jean Claude Ndori, Andrew Buteera (Jean Baptiste Mugiraneza), Michel Rusheshangoga, Faustin Usengimana, Salomon Nirisarike, Fabrice Twagizimana, Haruna Niyonzima, Jean Claude Iranzi (Patrick Sibomana), Medie Kagere, Olivier Karekezi (cap). Entraîneur : Eric Nshimiyimana.

–——————–

Ils ont dit …

Ndori Jean Claude, gardien de but rwandais : «Nous étions venus au Mali pour une simple formalité mais nous avons réussi à arracher le nul. On a inscrit un joli but mais on n’a pas su garder cette avance. Nous sommes en train de préparer le Championnat d’Afrique des nations (CHAN) que notre pays abritera en 2016». Seydou Keïta, capitaine des Aigles : «Ce match nul n’enlève rien à notre désir d’aller à la Coupe du monde même si l’Algérie a maintenant deux points d’avance sur nous.

Je suis très déçu de ce nul, mais il nous reste encore deux matches et on doit impérativement les gagner si on veut se qualifier pour le tour suivant». Adama Coulibaly, défenseur des Aigles : «Ça va être très difficile mais il reste toujours deux matches. Il faudra gagner ces deux rencontres et espérer un faux-pas de l’Algérie.

Je reste toujours optimiste pour la suite des événements», Mamadou Samassa, attaquant des Aigles : «Après ce match nul amer et décevant nous pensons maintenant à prendre les six points contre le Bénin à Bamako et face à l’Algérie à l’extérieur. Pour relever ce défi il faudra que tout le groupe change, c’est-à-dire que la qualification soit le mot d’ordre de tout le monde». Mana Dembélé, attaquant des Aigles : «Je suis entre satisfaction et déception. Satisfaction pour avoir joué avec mon pays devant un beau public pour la première fois.

Déception parce que nous avons laissé filer deux points face à un adversaire à notre portée. Rien n’est encore perdu, mais on a eu tord de concéder le nul à domicile». Amadou Pathé Diallo, sélectionneur des Aigles : «Nous avons fait de notre mieux mais ce n’était pas notre jour. J’ai compté plus de 15 occasions pour seulement un but. C’est triste mais nous ne pouvons nous en prendre qu’à nous-mêmes pour avoir manqué d’efficacité devant les buts».

D. COULIBALY

Essor du 11 Juin 2013