Partager


C’était le mardi 1er avril 2008 que le Nigérian Stephen Okechukwu Keshi a signé son contrat le liant ainsi à la Fédération Malienne de Football (FEMAFOOT). Ancien champion d’Afrique, ancien mondialiste (1994) avec les Super Eagles, ce néophyte de l’équipe malienne avait réussi son baptême de feu. Il était 18 heures le dimanche 1er juin 2008, quand les Aigles du Mali apparaissaient sur la pelouse du Stade du 26 mars à Yirimadjo.

Les Diables rouges du Congo Brazzaville étaient l’adversaire du jour, dans le cadre des éliminatoires combinées Coupe d’Afrique des Nations de Football CAN

– Coupe du Monde 2010.

Après la désillusion des Aigles du Mali le 29 janvier 2008 à Kumasi à la fête biennale du football africain (CAN- Ghana 2008), l’inquiétude planait sur l’avenir du sport roi au Mali. Au cours de ces éliminatoires, le capitaine Mahamadou Diarra «Djilla» et ses coéquipiers n’ont qu’un seul défi à relever : restaurer la confiance entre eux et le public sportif malien, avec à la clé la qualification. Le dénominateur commun de l’avant match Mali-Congo Brazzaville était la victoire.

C’est ainsi, dans un stade comblé, sous la houlette de l’ex-défenseur central du Nigeria que les joueurs maliens l’ont confirmé. La rencontre était dirigée par le trio arbitral tunisien, dont Bennaceur Kassim au centre, le commissaire du match, le Camerounais Ouvona Pascal Baylon, et l’inspecteur des arbitres, Laryea Louis.

Les Maliens, dans le souci de rester fidèles à leurs joueurs, se sont fortement mobilisés à travers le territoire. Lorsque des milliers de supporters se bousculaient à l’entrée du Stade du 26 mars, l’arbitre tunisien libera les deux nations sur la pelouse. Seydou Kéïta, le nouveau barcelonais, nostalgique du cri du douzième Aigle (les supporters), a prouvé qu’il était là, 1 but à 0 à la 55è seconde.

Les Congolais réagissent à la 4è minute, par l’entremise du n°11 Mouithys Mickalad, écourtant ainsi la joie des Maliens. Le gardien Mahamadou Sidibé fut accusé de distraction.
Assis, le successeur de Jean François Jodar, Stephen Keshi se ressaisit. Il resta débout et jusqu’au coup de sifflet final.

Il fallait attendre la 32è mn pour assister à la tête piquée du défenseur lensois, Adama Coulibaly «Police», suite à un corner centré par Mamadou Diallo. Le revenant Soumaïla Coulibaly, sur une passe du même Mamadou Diallo, oblige le portier congolais, Mouko Boreil Moral à prendre la balle dans son filet (3-1) à 4 mn de la fin de la première période.

En deuxième mi-temps (70è mn), sur un coup de tête du Ballor d’Or africain 2007, le 2è du Mali, Frédérick Oumar Kanouté, Seydoublen maîtrisa la balle et marqua le 4è but malien, soit son doublé. Lorsque l’entraîneur Stephen Keshi commençait à prendre confiance, Soumaïla Coulibaly, blessé, demanda le changement. C’est ainsi qu’il fut succédé par l’autre revenant Mamadou Bagayoko, privé de l’équipe pour sa véracité.

Au même moment, le milieu de terrain de Juventus de Turin (D 1 italienne), Mohamed Lamine Sissoko gisait sur le gazon. Cela donne obligation au technicien nigérian de faire recours au milieu de terrain offensif de SV Wiesbaden (D 2 allemande), Bakary Diakité. Mamadou Diallo cède après sa place au milieu de terrain niçois (L. 1 française), El Hadj Mahamane Traoré.

Ces différents changements répercutèrent sur le système offensif de dix attaquants, onze défenseurs, initié par Keshi.

Ce qui obligea les Aigles à encaisser un second but des Diables rouges, le doublé de Mouithys Mickalad à la 74è mn. Ce fut alors le score final.
Nous ne pouvions qu’être fiers de ces trois points à domicile. Il y a des années que le Mali a toujours débuté ses éliminatoires à l’extérieur, avec des matches nuls ou défaites. Alors, pas de reproches aux joueurs de Stephen Okechukwu Keshi.

Leur volonté, leur amour pour la patrie ont porté fruit. Mais, malgré cette victoire, la prestation des joueurs n’était pas à la hauteur, alors que le chemin à parcourir est long. Le sélectionneur a encore des lacunes à corriger. Pour tout assistant, nous avions constaté une naïveté après les changements. Il faut surtout noter l’absence remarquable de Mohamed Lamine Sissoko «Momo», blessé contre le Congo. Après examen, le milieu de terrain de Juventus de Turin est obligé d’observer un repos de 15 jours au minimum.

Ce qui le conduit d’ailleurs à Paris. Alors, prompt rétablissement à «Momo».
Nous sommes déjà à la 2è journée de ces éliminatoires. Il fallait faire attention à la nouvelle génération tchadienne, les Saos qui recevaient les Aigles du Mali le week-end dernier à N’Djamena.

Inconnu du groupe 10, beaucoup de fans du ballon rond voyaient le Tchad disqualifié de toutes les compétitions. Mais heureusement, cette sanction n’a concerné que le rendez-vous africain, CAN Angola 2010. Le deuxième adversaire des Aigles du Mali est disqualifié de la Coupe d’Afrique des Nations CAN 2010 en Angola, suite à leur refus de se rendre au Soudan au compte de la première journée de ces éliminatoires.

La Fédération Tchadienne de Football (FTF) avait émis des réserves quant à la garantie de la sécurité de son équipe nationale à Khartoum, en raison de la tension entre les deux pays et la rupture de leurs relations diplomatiques. Contrairement à la CAN, les Saos restent dans la course pour le mondial 2010 en Afrique du Sud, selon la décision de la FIFA.

C’est ainsi l’équipe nationale du Mali a été reçue par les Saos du Tchad dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du Monde 2010 le samedi dernier à N’Djamena. C’était sous le contrôle du trio béninois. Décidés, Ksshi et ses hommes n’ont pas donné du temps à l’adversaire.

Dès la 4è mn du jeu, l’attaquant du FC Séville, Frédérick Oumar Kanouté ouvrait le score. Ce match a observé quelques minutes d’arrêt, grâce à des jets de gaz lacrymogène, avant de reprendre son cours normal.

L’offensive des Aigles continua jusqu’à la 22è mn, quand Mamadou Diallo fut fauché sur la surface de réparation. Le penalty sifflé par l’arbitre a été transformé par le même Kanouté, 2 buts à 0 pour le Mali.

Devant leur public, l’équipe tchadienne n’a pas baissé les bras. Elle obtient aussi un penalty qui réduit ainsi le score à 2 buts à 1 à la 38è mn.

En deuxième période, les deux formations ont procédé à des changements, mais aucun but n’a encore été marqué jusqu’au coup de sifflet final. C’est ainsi que le Mali empoche les trois points de la victoire. Une seconde sortie de l’équipe de Stephen Keshi qui n’a pas été très combative.

Les poulains du technicien nigérian qui quitteront N’Djamena pour Khartoum doivent faire attention aussi à l’équipe montante du Soudan. Le match est prévu pour le 14 juin 2008. Erreur de se fier à leur prestation à la dernière Coupe d’Afrique des Nations CAN Ghana 2008.

Une compétition au cours de laquelle l’équipe soudanaise n’avait marqué qu’un seul but sur neuf encaissés. Alors, cette équipe on doit se méfier, quand on sait que chaque compétition a sa réalité. Le douzième joueur leur sera un atout. Bonne chance aux Aigles.


Y. COULIBALY

09 Juin 2008