Partager

Les Aigles du Mali affronteront les Eperviers du Togo dans la première décade du mois de septembre au compte de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2008. Déjà les Togolais sont en train de tout mettre en oeuvre afin de se qualifier pour une seconde fois consécutive. De ce fait, la Fédération malienne de football ne doit pas croiser les bras car, s’agit-il là d’un moment important de l’histoire du football malien.

L’erreur n’est plus permise pour les Aigles du Mali s’ils veulent participer à la phase finale de la CAN 2008 à Accra. Après avoir fait 5 matches, les Aigles totalisent 2 victoires et 3 matches nuls.

RAPPEL

A titre de rappel, le Mali a fait match nul à Freetwon (0-0) contre les « Léonstars » de la Sierra Leone, victoire face au Togo à Bamako (1 but à 0), match nul en aller et retour contre les Ecureuils du Bénin (1-1) à Bamako et 0 but partout à Cotonou. Au total, le Mali a 9 points au même titre que les Eperviers du Togo. Ayant marqué plus de buts, les Aigles occupent la première place d’ici la rencontre de la dernière journée. Ce qui reste à faire est le plus difficile.

Car, il s’agira pour les Aigles du Mali d’aller battre les Togolais à domicile. L’équipe malienne doit faire énormément attention car, les Togolais, ont enregistré des défaites à Bamako puis à Cotonou respectivement face aux Aigles du Mali (1-0) et aux Ecureuils du Bénin (4 buts à 1).

ATOUTS DE L’EQUIPE MALIENNE

Le technicien Français Jean François Jodar, dès son arrivée, a compris que l’équipe malienne avait besoin d’un petit remaniement. C’est ainsi que des joueurs professionnels ainsi que des locaux ont été appelés pour renforcer l’équipe dont les Stars se bousculaient pour les postes.

On peut citer l’arrivée de Drissa Diakité, Cheick Oumar Dabo, Lassana Diallo, Lassana Diarra, Adama Tamboura, Alfousseyni Keïta, Cheick Mourtala, entre autres. De même, certains jeunes joueurs ne se font plus avoir sous les couleurs de l’équipe nationale, soit parce qu’ils ne sont plus convoqués soit parce qu’ils boudent l’équipe nationale.

Citons à cet effet Sammy Traoré, Brahim Thiam, Fousseyni Diawara, Mahamadou Bagayoko, Soumaïla Coulibaly, Djimy Traoré, Fousseyni Tangara, Dramane Coulibaly, entre autres.

LA DETERMINATION DES JOUEURS

De nos jours, avec les nouvelles recrues de Jodar, le Mali peut aligner deux équipes capables chacune de tenir sa place dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2008. Et mieux, chaque joueur se bat pour conserver ou conquérir sa place. Donc, il y existe une émulation entre les joueurs, notamment entre titulaires et remplaçants.

De plus, après avoir raté la CAN 2006 tenue en Egypte, les Aigles ne voudraient pas courber l’échiné une seconde fois consécutive. En effet, la qualification de l’équipe nationale du Mali ne dépend que d’elle-même.

Une victoire sur les Eperviers à Lomé écarterait tout calcul diabolique. Car, un nul entre Maliens et Togolais peut profiter aux béninois (qui comptent 8 points) s’ils gagnaient contre les Sierra-Léonais à Freetown.

Il faut dire que le Mali est la seule équipe qui n’a pas été battue dans le groupe 9. Les Maliens pourront alors compter sur la détermination des joueurs de vaincre à tout prix.

A regarder l’équipe, tous les compartiments peuvent tenir leur rôle convenablement. La défense n’a encaissé qu’un seul but en cinq matches. L’attaque a quelque peu trébuché avec les moments difficiles de Frédéric Kanouté, Mamadou Diallo.

Le milieu de terrain semble le plus solide des compartiments des Aigles du Mali, notamment avec « Djilla », Seydou Keïta, Djibril Sidibé, entre autres. Forte de ces atouts, l’équipe malienne peut gagner à Lomé comme l’a signalé le capitaine des Aigles en début de semaine dans une interview donnée à l’Essor, quotidien national.

Il faut ajouter aussi que Jean François Jodar et son adjoint Amadou Pâté Diallo reçoivent chaque fois de nouvelles adhésions des joueurs expatriés de nationalité malienne.

LES FAIBLESSES DE L’EQUIPE MALIENNE

L’équipe malienne a quelques fois déçu ses supporters, notamment lors des rencontres très attendues. Citons comme exemple, les matches Sierra-Léone-Mali à Freetown, Mali-Béni et Bénin-Mali. Durant ces matches, certains supporters ont piqué une crise car, c’était impensable pour eux de voir les gaspillages d’occasions de but.

Aussi, certains joueurs ont l’habitude d’étaler leur humeur et ce durant les dernières minutes avant le match. Rappelons les cas de Dramane Traoré et Drissa Diakité qui avaient été invités pour le match Mali-Sierra Léone. Une autre faiblesse et qui dérange le public sportif malien est la mauvaise exploitation des coup-francs arrêtés et des corners.

Sur plus d’une dizaine de corners, les Maliens n’ont pu rien faire contre le Bénin et le Togo. Le technicien François Jodar devrait retravailler ces balles arrêtées qui constituent pour certaines équipes des occasions nettes de but. Il existe aussi de la précipitation dans les pieds des attaquants.

En effet, pour mériter sa place dans le concert des grandes nations de football en Afrique, le Mali, selon les observateurs du football africain, devrait se qualifier bien avant la dernière journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2008 en septembre.

Mais, il faut le dire, tout n’est pas perdu car, même si les togolais jouent à domicile. Rappelons que les Aigles du Mali, pour se qualifier à la CAN 2004 tenue en Tunisie, sont allés gagner à Seychelles par 2 buts à 0.

Certes, comparaison n’est pas raison, mais de par sa position, l’équipe malienne peut gagner.

B.S

06 juillet 2007.