Partager

jpg_20165.jpg
L’événement a donné lieu à une grande fête populaire en présence de l’ambassadeur des Pays-Bas dans notre pays, Mme Ellen Ch. W. Van Der Laan, et du maire de la commune rurale de Kimparana, Bourama Koné, ainsi que du directeur national de l’énergie, Sinaly Diawara, de son homologue de l’Agence malienne pour le développement de l’énergie domestique et de l’électrification rurale (AMADER), Ismaël O. Touré, et des responsables administratifs de la localité.

Une délégation du Burkina Faso (où des expériences similaires sont en cours) accompagnée de l’ambassadeur néerlandais à Ouagadougou, Gerard Duijfjes, était venue s’inspirer de l’expérience malienne en matière d’électrification rurale et, bien entendu, prendre part à la fête.

Le projet d’électrification rurale de Kimparana qui a coûté 528 millions de Fcfa, constitue une première du genre dans notre pays. Réalisé dans le cadre d’un partenariat public-privé-communauté locale, il est financé par la coopération néerlandaise à travers le Programme PSOM qui a décaissé 328 millions de Fcfa.

Le reste du financement est assuré par la société néerlandaise NUON, l’AMADER et l’opérateur privé Yeelen Kura.
L’électrification rurale est une priorité des pouvoirs publics car, en introduisant l’usage de l’énergie moderne en zones rurales et périurbaines, elle permet d’améliorer la productivité des petites et moyennes entreprises, la qualité et l’efficacité des centres de santé et d’éducation et les conditions de vie des populations.

Depuis l’entrée en fonction de la centrale de Kimparana en septembre 2007, le vie dans la commune a totalement changé. « C’est fantastique. Avant la mise en marche de la centrale, je dépensais plus de 30.000 Fcfa pour faire marcher le petit groupe électrogène de mon ébénisterie. Maintenant je paie moins de la moitié de cette somme pour la facture d’électricité« , se réjouit Seydou B. Diallo.

« C’est vrai, Kimparana se développe à la vitesse grand V depuis que cette centrale marche. Elle a accéléré le développement des activités génératrices de revenus et l’éducation. Nos enfants ont la possibilité maintenant d’apprendre leurs leçons à la lumière des lampes électriques« , constate Abdoulaye Koné, un natif du village. Et le préfet, Bocary dit Samba Touré, de comparer la centrale solaire à l’un des joyaux dont pouvait rêver Kimparana.

Installée sur une surface de 2242 m2, la centrale d’une puissance de 72 KWc, est alimentée par un impressionnant champ de 600 panneaux solaires de 120Wc. Le mécanisme de stockage du courant électrique se compose de deux grands ensembles. Un premier ensemble dispose d’une capacité de 48Vcc fourni par 312 batteries. Le second de 400Vcc est alimenté par 288 modules connectés en réseau. L’infrastructure permet de connecter plus de 500 clients avec une durée de service de départ de 10 heures par jour.

Kimparana abrite aujourd’hui l’une des plus puissantes centrales solaires de la sous région. Une installation qui a aussi valeur de test puisque l’expérience est appelée à être étendue à d’autres localités du pays, a promis le directeur général de l’AMADER, Ismaël O. Touré.

Le directeur général de Yeelen Kura, Amadou Diallo, a insisté sur la réduction de la pauvreté en milieu urbain et rural par la promotion de l’électricité rurale, l’amélioration du cadre de vie des populations rurales, la préservation et la protection de l’environnement.

Autant d’engagements du gouvernement soutenus par Yeelen Kura, a indiqué Amadou Diallo en promettant de s’employer à mériter la confiance des partenaires techniques et financiers, à savoir NUON et l’AMADER.

Le secrétaire général du département, Lamissa Diabaté, et l’ambassadeur des Pays-Bas, Mme Ellen Ch. W. Van Der Laan, ont tour à tour appelé les populations à s’acquitter correctement des factures de courant afin que d’autres localités puissent être connectées au courant électrique. La cérémonie a pris fin par une visite guidée des installations de la centrale au son de la musique du terroir.

L. DIARRA

09 Octobre 2008