Partager

La République démocratique du Congo bat jeudi avec anxiété le compte à rebours d’une conférence de presse de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) qui pourrait officialiser un nouveau report des élections à trois jours de la date prévue. Le président de la Céni Corneille Nangaa a convoqué la presse à 15h00 (14h00 GMT) à son siège à Kinshasa. Un des deux principaux candidats d’opposition, Martin Fayulu, a répété jeudi matin qu’il refusait tout report. Les candidats présidents de la République sont invités par la Céni à participer à une réunion à 11h00. Déjà deux fois retardées, les trois scrutins présidentiel, législatifs et provinciaux du 23 décembre sont d’une importance capitale: ils doivent organiser le départ du pouvoir du président Joseph Kabila. M. Kabila, 47 ans, a été contraint de renoncer à un troisième mandat de cinq ans interdit par l’actuelle Constitution, après 18 ans aux affaires au total depuis l’assassinat de son père et prédécesseur Laurent-Désiré le 17 janvier 2001. Mercredi soir, un officiel de la Céni avait confirmé et précisé à l’AFP la rumeur qui agitait Kinshasa où des envoyés spéciaux étrangers sont sur place depuis le début de la semaine pour l’élection présidentielle. La Céni en charge de l’organisation des élections est en « consultation » pour décider d’un report de « sept jours » des élections, selon cet officiel. C’est la première fois qu’un tel report était officiellement envisagé depuis l’annonce de l’actuel calendrier électoral le 5 novembre 2017 par le président de la Céni. Raison invoquée par cet officiel: des retards dans le déploiement du matériel électoral, dû à l’incendie d’un entrepôt de la Céni il y a une semaine à Kinshasa, qui a porté « un grand coup » au processus électoral…AFP