Partager

Le comptage des voix se poursuivait lundi au Burkina Faso au lendemain des législatives et des municipales afin d’annoncer les résultats « jeudi ou vendredi », a annoncé à l’AFP la Commission électorale nationale indépendante (Céni). « Les dépouillements sont finis dans la quasi-totalité des bureaux de vote » et les résultats ont commencé à être compilés dans les régions, a déclaré Jean Yado Toé, un responsable de la Céni. « Les élections se sont déroulées dans le calme et la sérénité hier », s’est-il félicité. Il a cependant reconnu « des incidents, des petits couacs dans certaines localités », avec des cas de destruction d’urnes, et parfois un manque de documents électoraux. Chef de file de l’opposition dans l’Assemblée sortante, Me Bénéwendé Stanislas Sankara a aussi salué « la sérénité dans le déroulement du vote » et « l’engouement des électeurs qui sont sortis massivement ». « L’essentiel est que la démocratie sorte renforcée et qu’on mette le cap maintenant sur 2015 pour déraciner le régime de Blaise Compaoré du palais présidentiel », a-t-il affirmé. C’était le dernier grand rendez-vous électoral avant 2015, terme normal du dernier mandat du président Compaoré, au pouvoir depuis le putsch de 1987. Le chef de l’Etat entretient le flou sur ses intentions mais certains de ses partisans le poussent à modifier la Constitution pour qu’il puisse se représenter. Quelque 4,3 millions de personnes étaient appelées aux urnes pour élire 127 députés et environ 18.600 conseillers municipaux. AFP