Partager

Le représentant spécial de l’ONU au Mali, Bert Koenders, soucieux du bon déroulement des élections présidentielles, a invité, le vendredi 12 juillet 2013 au quartier général de la Minusma sis à l’hôtel de l’amitié, certains jeunes leaders du Mali pour échanger avec eux. Plusieurs recommandations furent faites par les jeunes afin de rehausser le taux de participation aux futurs élections présidentielles et d’éviter une crise post électoral au Mali.

Outre la stabilisation de la paix, les troupes de la Minusma ont également pour mission de participer à la sécurisation de l’élection présidentielle malienne du 28 juillet 2013. « L’organisation des élections présidentielles fixées au 28 juillet prochain reste un défi majeur à relever par le gouvernement intérimaire du Mali, mais aussi par la MINUSMA. Raison pour laquelle, j’ai voulu écouter les propositions de la jeunesse malienne afin qu’il ait des élections apaisées au Mali ».

C’est par ces propos que le représentant spécial de la Minusma au Mali, Bert Koenders a entamé ses propos, lors de sa rencontre avec des leaders de la jeunesse malienne. « Je viens de la Côte D’Ivoire et je sais ce que c’est qu’une crise post-électorale peut avoir comme conséquence sinistre », a-t-il déclaré. Youssouf Fadiga Samounou du Réseau des Jeunes Leaders pour le Développement du Mali (Réjld-Mali) a indiqué qu’il n’y a qu’un seul strapontin à Koulouba. « Il n’y a point de place là-bas pour les 27 autres candidats », a-t-il déclaré.

Selon lui, la hantise des jeunes maliens se situe après les échéances du 28 juillet, puisqu’il y a quatre candidats qui se voient déjà à Koulouba. « Il faut les apprendre à mieux digérer la défaite en les sensibilisant dès maintenant. Le président intérimaire a pris le devant en organisant une rencontre au cours de laquelle la sensibilisation était le maitre mot », a-t-il indiqué. Gisèle Flanda de la Jeune Chambre Internationale du Mali (JCI), emboitera le pas à son prédécesseur. Elle a rappelé que la JCI Bamako Elite à organiser une vaste campagne de sensibilisation en sillonnant tout le Mali afin que les jeunes se rendent aux urnes pour doter le Mali d’un président qui mettra la jeunesse, qui est le moteur de tout développement, au cœur de son projet de société.

Pour sa part, Ismaila Doucouré alias Master Soumi, des Sofas de la République, fera savoir qu’ils ont conçu un slogan « Ma carte d’électeur, mon arme » pour sensibiliser les jeunes à aller retirer leurs cartes Nina qui est l’arme redouble leur permettant d’installer à Koulouba le président de leur choix. « Nous organisons à travers les quartiers de Bamako des conférences populaires pour faire comprendre aux jeunes leur rôle dans les échéances électorales », a-t-il déclaré.

Avant d’ajouter que seuls les rappeurs ont le privilège de remplir les stades de Bamako, ils sont écoutés donc via des morceaux de sensibilisation, ils peuvent touchés le citoyen lambda. Lalla Wallet Kanna de Kidal a centré ses propos sur la participation féminine aux élections, surtout celles de la ville de Kidal. Elle a émis le vœu afin que le représentant spécial de la Minusma au Mali s’évertue pour que les femmes déplacées puissent avoir des bureaux de vote à Bamako.

Les jeunes leaders du Mali ont évoqués le rôle de la presse et des réseaux sociaux que certains utilisent à des fins malsaines. Ils proposent de faire des communications de campagne dans les langues nationales, des rencontres avec les 28 candidats pour qu’ils insèrent dans leurs démarches le bannissement de la violence sous toutes ses formes pendant et après les échéances électoraux.

Moussa Samba Diallo

15 Juillet 2013