Partager

A moins de 4 jours de la date butoir de clôture du dépôt des candidatures à l’élection présidentielle de juillet 2013, la course contre la montre est engagée du côté des candidats pour l’enregistrement de leur dossier au niveau de la Cour Constitutionnelle.

Ainsi du côté de l’entourage de l’ex Premier ministre Cheik Modibo Diarra, dont la candidature avait été annoncée mais jamais confirmée publiquement par l’intéressé lui-même, on vient de lever le doute quant à sa participation à l’élection présidentielle de 2013. Car de nombreuses sources proches de l’ancien Premier ministre, ont confirmé le week-end dernier que l’astrophysicien s’apprête à déposer sa candidature ce matin.

Un acte considéré comme un événement par ses partisans qui pensent que l’annonce de sa candidature confirme une fois de plus sa constance pour se mettre au service de la nation. « C’est pourquoi sa présence sur la liste des compétiteurs politiques de 2013, n’est pas une surprise. Son engagement pour le Mali est constant, reconnu et salué par certains et méprisé par d’autres, sa descente dans l’arène publique est perçue par les siens comme un fait devant bénéficier de tous les honneurs : compréhension populaire et adhésion citoyenne » fait remarquer ses amis politiques.

En tout cas, pour ses partisans, l’espoir est permis pour leur candidat.

«Son passé récent au poste de Premier ministre plaide pour lui et le positionne comme l’homme du renouveau, pendant que son parcours le classe en dehors de ceux qui ont pillé le pays pendant 20 ans » annonce son entourage. Avant de préciser que le colosse de Ségou, s’engage dans la compétition électorale non pas pour amuser la galerie mais pour gagner en bénéficiant de la confiance du peuple afin de construire un nouveau Mali.

En tout cas, si le dépôt de cette candidature venait à être confirmé ce matin, Cheick Modibo Diarra, qui est aussi président d’une formation politique (le Rassemblement pour le Développement du Mali (RpDM) franchira une étape périlleuse pour ces élections, à savoir celle des parrainages qui risquent d’hypothéquer l’ambition de nombre de candidats à l’élection présidentielle de juillet 2013.

Kassoum THERA

L’Indépendant du 24 juin 2013.