Partager

Les Îles Comores qui s’apprêtent à vivre des moments électoraux intenses, d’abord les élections primaires à Anjouan le 14 avril prochain et des élections présidentielles dans l’union des Comores le 16 mars prochain ont fait appel à l’expertise malienne.

En effet, pour la tenue des élections régulières et transparentes dans ce pays et l’appropriation par les Comoriens eux-mêmes de tout le système électoral, l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a fait appel à l’expertise électorale de l’ancien président de la CENI, Me Moustapha SM Cissé.

Il a été appelé à cause de son expertise confirmée en matière électorale pour apporter un appui à la confection et l’établissement des listes électorales informatisées.

La formation des membres de la Commission Nationale des Elections aux Comores (CNEC) est l’autre domaine dans lequel il intervient. Toute cette opération de grande envergure est exécutée sur le terrain par le PNUD.

Le choix de Me Moustaph Cissé par l’Organisation Internationale de la Francophonie n’est guère fortuit. C’est, à n’en pas douter, l’une des meilleures expertises en matière électorale du moment.

Lors des Elections générales de 2002, dont la réussite n’était pas du tout évidente, le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante qu’il était a décanté des situations embarrassantes par des prises de position exemplaires et courageuses.

La réussite de ces élections a été possible grâce à lui. C’est d’ailleurs pourquoi quand le problème des élections présidentielles s’est posé au Togo avec la disparition brutale de Eyadema, le président Amadou Toumani Touré n’a pas hésité un seul instant à le designer comme expert électoral du Mali pour le compte de la CEDEAO au Togo.

Fort de ces succès, les nouvelles autorités de la Mauritanie l’ont aussi sollicité pour prendre part à l’atelier qu’elles ont organisé en Mauritanie en novembre dernier pour la mise en place d’une CENI au moment des concertations nationales.

D’autres pays comme le Burkina Faso, l’Afrique du Sud ont également fait appel à son expertise électorale. Même le Sénégal qui est considéré comme une des plus vieilles démocraties du continent a sollicité le concours de notre compatriote pour la mise en place de la CENA.

Si on lui ajoute le nom de cet autre malien, Abdramane Niang, président de Camégo-International et non moins 1er Vice-Président de la CENI de 2002 du Mali qui est aussi très présent dans la préparation et l’organisation des Elections à travers le continent Africain, on peut affirmer sans risque de se tromper que le Mali recèle de compétences insoupçonnables en matière électorale.

Pourvu que le pays même bénéficie de ces compétences, le moment venu.


Birama Fall

06 avril 2006.