Partager

L’Union européenne a déployé ce vendredi au Mali 20 observateurs supplémentaires dans le cadre de sa mission d’observation électorale. Ce contingent complète à 40 le nombre de personnes spécialement dépêché par l’UE dans le cadre du scrutin du 24 novembre.

jpg_une-2331.jpgCes 20 personnes sont des observateurs à court terme. Ils resteront au Mali pendant une dizaine de jours pour la supervision du premier tour des élections législatives. Ils rejoignent ainsi 20 autres observateurs à long terme présent sur le terrain depuis le 24 octobre. Appuyé par des diplomates européens en poste à Bamako, la Mission d’observation électorale de l’Union européenne au Mali (MOE UE Mali) aura le jour du scrutin une centaine d’observateurs pour la supervision des opérations de vote.

La mission, conduite par le député européen, Louis Michel, produira un rapport final deux mois après la proclamation des résultats définitifs du second tour. Mais à travers les observateurs à long terme qui resteront au Mali durant deux mois, les responsables de la mission ont une première idée sur la fièvre électorale. «La campagne électorale [pour le scrutin du 24 novembre, Ndlr] a démarré timidement mais ces derniers jours, il y a un engouement», constate Maria Espinosa, chef observatrice adjointe.

Établissement des listes électorales, validation des candidatures, campagne électorale, jour du scrutin, dépouillement, agrégation et publication des résultats, contentieux électoral, sont entre autres étapes qui réacquiert l’attention de la MOE UE Mali. A la présidentielle de juillet-août dernier, l’union européenne s’est contentée de la supervision dans les cinq régions du sud du pays. Pour ces législatives, cet agenda est légèrement modifié.

«Nous aurons trois observateurs au nord le jour du scrutin ; nous ne pouvons pas donner de détails sur leur localisation pour des raisons de sécurité», a expliqué Mme Espinosa lors d’un point de presse qu’elle a animé ce vendredi 22 novembre 2013. Interrogé sur les conditions d’organisation du scrutin du 24 novembre, la chef observatrice adjointe de la MOE UE Mali a indiqué qu’il n’y a pas d’inquiétude particulière.

Seydou Coulibaly

© AFRIBONE

Le 22 Novembre 2013