Partager

Au lendemain de la législative partielle du 9 avril en Commune V du district, le réseau Apem a organisé une conférence de presse le 13 avril dernier à la Maison de la presse pour partager avec les journalistes les conclusions du 2e tour de ce scrutin. Pour cet exercice, le président du réseau Apem, Ibrahima Sangho, principal conférencier, était entouré de certains membres de son bureau, en l’occurrence Hamèye Timbaleck Traoré, commissaire aux comptes, Me Dramane Diarra, chargé à la communication et Issa Maïga, chargé de l’éducation civique.

Si au 1er tour, il y a eu beaucoup de cafouillages, au second tour le réseau Apem note dans l’ensemble que le scrutin entaché de quelques incidents mineurs dans plusieurs centres de vote, a néanmoins connu une nette progression dans l’organisation matérielle. Mais, ce qui a le plus frustré le réseau, c’est le faible taux de participation des électeurs. Autres points d’insatisfaction du réseau : la fraude, les actes de corruption ou d’intimidation dans les bureaux visités, le non enlèvement de stocks de cartes d’électeurs.

Pour parer à la fraude à grande échelle lors des prochains votes, le réseau Apem, par la voix de son président propose une recette. Selon Ibrahima Sangho, le vote par témoignage assisté est une souplesse dans la loi électorale mais le drame, reconnaît-il, est que le système a été et est dangereusement exploité par les formations politiques.
Au nom de la crédibilité du système électoral, M. Sangho, appuyé par Me Dramane Diarra, pense que le système de vote par témoignage doit être revu et corrigé sinon disparaître de l’arsenal électoral. En vue de corroborer cette vision après plusieurs années d’expériences capitalisées, le président du réseau Apem, laisse entendre que les réflexions se poursuivent pour la tenue en 2007 d’un atelier regroupant tous les acteurs du processus électoral sur la supervision et l’observation des élections.

Le réseau recommande par ailleurs la sensibilisation des électeurs, la stricte application de la loi sur les agents électoraux et la stricte application de la loi concernant la gestion des cartes d’électeurs non distribuées.
M. Sangho a exprimé sa profonde gratitude au Pnud, au ministère de l’Administration territoriale et aux présidents des bureaux de vote pour le bon climat de collaboration qui a été à la base du succès éclatant de la mission des observateurs nationaux non partisans.

Mohamed Daou

18 avril 2006