Partager

Le week-end écoulé fut marqué au plan politique par une offensive générale de l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP). En effet, dans le cadre d’une meilleure structuration dudit regroupement, composé pour l’instant de quatorze partis politiques, la dernière conférence des présidents, l’une des instances de l’ADP, a décidé de l’envoi des délégations dans toutes les capitales régionales du pays. Les émissaires avaient pour mission de procéder à l’implantation des coordinations régionales. Ainsi, les coordinations régionales ADP de Koulikoro, de Ségou, de Sikasso, de Mopti sont fonctionnelles depuis le week-end dernier. Celles de Tombouctou, Gao et Kidal verront bientôt le jour. Décidément l’ADP a bien pris son envol au moment où le Front pour la Démocratie et la République (FDR) considéré à tord ou à raison comme son adversaire, peine à voir le jour.

L’ADP S’ATTAQUE AU PLUS DUR

En recevant les initiateurs de l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP) le jour même de la signature de la plate-forme le 08 décembre 2006, le président de la République, au nom de qui le regroupement politique a été crée, a déclaré en substance que le plus important est fait, mais que le plus dur reste encore. Cet appel du président ATT aux présidents des quatorze premiers signataires de la plate-forme ADP était une manière de les inviter au travail. Cela n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, c’est pourquoi après plusieurs réunions et après la désignation de son président et des autres membres du directoire ainsi que l’adoption du statut et règlement intérieur dudit regroupement, les initiateurs se sont attaqués à l’essentiel.

Cet essentiel est l’implantation des structures au nom de l’ADP dans les capitales régionales du pays. Partout où les émissaires de l’ADP sont passés, ils ont mis en place une coordination régionale. C’est ainsi que la coordination régionale de Koulikoro est présidée par Youssouf Traoré de l’URD. Il est aidé par un vice-président, un secrétaire à l’organisation et à la mobilisation, un secrétaire administratif et un trésorier.

Dans la région de Mopti, le bureau de la coordination des partis membres de l’ADP est présidé par l’ADEMA-PASJ. Dans la capitale du Kénédougou en troisième région, c’est un responsable de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) qui préside aux destinées de la coordination régionale ADP.

UN REGLEMENT INTERIEUR CONTRAIGNANT

Selon certaines informations, le règlement intérieur auquel les coordinations régionales de l’ADP doivent se soumettre est vraiment contraignant eu égard à la distance qui sépare les cercles des régions, mais aussi les jours de rencontre. Nous apprenons que le règlement intérieur stipule que chaque coordination régionale doit se réunir deux fois dans la semaine. Or, il se trouve que certains membres des bureaux de coordination résident à Bamako. “Il est vraiment contraignant de quitter Bamako deux fois dans la semaine en direction d’une capitale régionale pour une réunion, cela est vraiment contraignant”, nous a confié un membre de la coordination régionale de Mopti. La mise en place de la coordination régionale de Kayes a été reportée à une date ultérieure à la dernière minute.

L’ADP, LA SEDUCTRICE

S’il y a un regroupement politique à la mode actuellement sur la scène politique malienne, c’est bien l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP), née le 8 décembre 2006 avec 14 formations politiques. Moins de trois mois après sa naissance, le regroupement politique qui se bat pour la réélection du président ATT est presque envahi par des demandes d’adhésion. Courant cette semaine, l’ADP s’apprête à ouvrir ses portes pour recevoir plus d’une dizaine de partis politiques.

Décidément, l’opération de charme de l’ADP est en train de faire des ravages au sein de la classe politique au détriment du Front pour la Démocratie et la République (FDR) qui peine à sortir la tête de l’eau. Et pourtant le FDR rêve de réaliser l’alternance politique au Mali en 2007; tandis que l’ADP est pour le maintien du président ATT.

Daba Balla KEITA

13 février 2007.