Partager


A trois mois de l’élection présidentielle, une nouvelle Alliance politique est en gestation : le Front pour la Démocratie et la République (FDR) qui se fixe pour ambition de réaliser l’alternance.

Ce sont trois partis politiques de la place : le Rassemblement pour le Mali (RPM), le Parena et la CDS et deux associations politiques (Convergence 2007 et l’Association pour la Démocratie et la Justice (ADJ) qui en sont les initiateurs. Leur objectif ? Constituer un pôle démocratique et républicain solide et stable pour la conquête et l’exercice du pouvoir. En clair, ce groupe de cinq se propose de réaliser l’alternance politique en 2007.

Déjà, le Front pour la République et la Démocratie s’est doté d’un projet de protocole d’accord politique et d’une plate-forme électorale. Ces deux textes fondamentaux sont le fruit du travail d’une Commission technique mise en place il y a un mois et composée du RPM, du Parena, de Convergence 2007 et de la CDS.

Hier, dimanche 4 février 2007, les initiateurs du Front étaient réunis au siège du Parena autour des deux textes. En effet, les premiers responsables du Front pour la Démocratie et la République Tiébilé Dramé du Parena, Ibrahim Boubacar Kéïta du RPM, Mamadou Blaise Sangaré de la CDS, Soumeylou Boubèye Maïga de Convergence 2007 et le Pr Abdoul Traoré dit Diop de l’ADJ ont échangé sur les documents de l’Alliance.

Lors de cette première prise de contact, les cinq présidents ont adopté la dénomination de « Front pour la Démocratie et la République » (FDR). Tout en recommandant certaines retouches au projet de Protocole d’Accord politique et à la plate-forme électorale, ils ont en outre décidé de signer officiellement les documents du FDR dès ce mois de février.

Les cinq parties prenantes de ce Front pour la Démocratie et la République se fixent comme objectifs : d' »unir leurs efforts et de travailler ensemble dans le respect de leurs identités propres, et dans la solidarité pour assurer une pratique démocratique véritable dans notre pays ; de constituer un pôle démocratique et républicain solide et stable pour la conquête et l’exercice du pouvoir ; d’effectuer un travail d’information, de formation et de sensibilisation en direction des partis politiques, des associations démocratiques, et des populations en général ; d’organiser des concertations entre parties en vue de dégager des positions communes sur toutes les grandes questions de la nation ; d’élaborer, dans le cadre du FDR ,des éléments d’un plan d’action à court, moyen et long termes ; d’oeuvrer au renforcement des acquis démocratiques et républicains du peuple malien, notamment : les Institutions de la République, l’Etat de droit, la décentralisation, le pluralisme politique, la démocratie représentative« .

Les initiateurs du Front pour la Démocratie et la République se proposent en outre de défendre et cultiver les valeurs fortes de la société malienne qui ont pour noms la liberté, la justice, la tolérance, la solidarité, la dignité et le respect de la parole donnée ; d’élaborer et mettre en oeuvre un programme crédible d’amélioration des conditions de vie des populations ; d’oeuvrer à la préservation de l’unité nationale, de l’intégrité du territoire et d’une politique d’intégration régionale ; de contribuer à la clarification et à la défense des règles du jeu démocratique et républicain et enfin de soutenir les seuls candidats issus des partis politiques membres du FDR lors des élections présidentielles, législatives ou communales.

Les premiers responsables du FDR ont enfin choisi le siège du Parena comme étant le siège du Front pour la Démocratie et la République et le secrétaire à la Communication du Parena, Djiguiba Kéïta dit PPR comme porte-parole.

A peine installé dans ses fonctions, ce dernier au cours d’un point de presse dira qu’au moins vingt autres partis politiques sont attendus pour la signature et que l’identité de celui qui doit présider ce Front n’est pas encore connue.

Le Front pour la Démocratie et la République, dès sa naissance, constituera un contrepoids sérieux pour l’autre l’Alliance, l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP) qui a été mise en place, il y a quelques mois de cela par quatorze partis politiques, pour assurer la réélection de Amadou Toumani Touré.

Mais contrairement à l’ADP dont les partis membres ont décidé de conjuguer leurs efforts pour assurer la réélection du Président Amadou Toumani Touré, le FDR compte dans ses rangs des prétendants à la Magistrature suprême.

Birama Fall

05 février 2007.