Partager

A l’issue des travaux de sa conférence nationale, le week-end dernier, l’Union pour la République et la Démocratie s’est dotée d’une véritable stratégie électorale, en vue des élections générales de 2007. Les responsables et militants de ce parti à l’unisson ont approuvé les propositions d’orientation soumises par le bureau exécutif national.Une stratégie d’action qui, si elle est correctement mise en oeuvre, permettra à l’URD de changer les rapports de force en sa faveur pour conquérir le pouvoir.

Dans les résolutions qui sont sorties des débats de la 3e conférence nationale, tous les contours des prochaines élections générales ont été passés au peigne fin. C’est ainsi que pour les élections législatives et des membres du haut Conseil des Collectivités, la conférence nationale a donné mandat aux sections et aux coordinations régionales de nouer des alliances électorales conformes aux intérêts du parti.

Mandat a été aussi donné au BEN d’étudier la recommandation des conseillers nationaux relative à la reconduction des députés et membres du Haut Conseil des Collectivités encore en fonction et de proposer dans les meilleurs délais une réponse adéquate, conforme aux intérêts du parti. Compte tenu de la complexité de cette question, la conférence nationale a engagé le BEN à apporter son soutien à toute démarche entreprise dans ce cadre et pour le renforcement du parti.

Pour ce qui est de la prise en charge des frais électoraux, la conférence nationale a demandé au BEN d’entreprendre dès à présent toutes les actions susceptibles de conforter les finances du parti. L’adoption de ces deux dernières résolument permettra à coup sûr de mettre un frein à la bataille de positionnement autour de la confection des listes de candidatures pour les élections législatives et des membres du Haut Conseil des Collectives.

Avec les revendications légitimes de certains responsables et militants du parti à rivaliser avec d’autres par rapport aux postes électifs mis en jeu, l’URD qui est aujourd’hui un grand parti faisait face à un climat de division, de suspicion permanente entre dirigeants et entre ces derniers et la base. En prenant le courage politique de poser ce problème délicat et complexe aux militants de base et en trouvant une solution acceptable pour tout le monde, le BEN est parvenu à sauver la cohésion et l’unité au sein du parti.

L’autre attitude responsable constatée au cours de ces dernières assises, c’est la capacité des militants de l’URD à se mettre à hauteur de l’événement. En effet, en demandant au BEN d’entreprendre dès à présent toutes les actions susceptibles de conforter les finances du parti en vue de la prise en charge correcte des frais électoraux, la conférence nationale enlève une grosse épine des pieds de tous les militants qui sont certes représentatifs sur le terrain mais qui manquent véritablement de moyens financiers conséquents pour émerger.

A travers cette résolution, la conférence nationale n’a fait que confirmer les propos du président du parti, Younoussi Touré qui, dans son discours d’ouverture a clairement fait savoir : « nous faisons le choix de nous éloigner de toute politique élitiste décalée parfois par rapport aux réalités du pays profond. Notre action se veut pragmatique et guidée par des analyses et solution adossées à un diagnostic bien posé« .

Pour les élections présidentielles à venir, la conférence nationale a non seulement pris acte de l’inexistence de candidature au sein du parti URD pour l’élection présidentielle d’avril 2007. Mieux, tout en entérinant les propositions du BEN, elle a décidé de soutenir la candidature du Président de la République, Amadou Toumani Touré. Elle a en outre engagé toutes les militantes, tous les militants et toutes les structures du parti à se mobiliser dans la discipline et la cohésion pour l’exécution correcte des dispositions de la présente résolution.

Mandat à aussi été donné à la Direction nationale du parti et singulièrement à soutenir son président à entreprendre les démarches idoines pour l’atteinte des objectifs du parti pour les élections. Après ce soutien sans équivoque à la candidature de l’actuel Président de la République, l’URD est désormais fin prêt à jeter les bases de toute alliance avec d’autres partis qui adhèrent à ses convictions intimes.

La signature de la plate-forme de l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP) n’est donc plus qu’une simple formalité.

Birama Fall

06 décembre 2006.