Partager

La cérémonie symbolique, qui a eu lieu au siège du bureau du fichier électoral à la bibliothèque nationale, a enregistré la présence du ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, Kafougouna Koné et du président de la CENI, Fodié Touré.

Pour le Délégué général aux Elections, Colonel Siaka Sangaré, la cérémonie marque une étape à la fois importante et sensible dans les préparatifs du processus électoral. Il s’agissait en fait de lancer, consécutivement à la mise à jour du fichier électoral, les travaux de personnalisation des cartes d’électeur, d’impression des listes électorales, des listes d’émargement par bureau de vote, des extraits de listes par bureau de vote et des listes de distribution des cartes d’électeur.

Ces documents indispensables à la bonne organisation des scrutins présidentiel et législatifs à venir seront tirés du fichier électoral 2007 qui, selon le Colonel Sangaré, est le socle de tout le reste du processus électoral 2007.

C’est ce fichier électoral qui a été verrouillé sur la base de 6 884 524 électeurs dont 617 161 citoyens maliens résidant à l’étranger et 6 267 363 à l’intérieur du pays.

Ces électeurs ont été repartis, conformément à la loi électorale, entre 20 278 bureaux de vote, dont 1360 ont été prévus dans les juridictions diplomatiques et consulaires. Les 703 communes du pays se sont retrouvés avec les 18 918 bureaux de vote restants.

Faisant la comparaison du nombre d’électeurs de 2007 à celui de 2002 qui était de 5 746 202 électeurs, le Délégué général aux Elections a constaté une augmentation de 1 138 322 électeurs soit une variation annuelle moyenne de 227 664 électeurs.

Suite à cette brève présentation de la DGE, le chef du bureau du fichier électoral, Lieutenant-colonel N’Tio Bengaly, a fait une présentation détaillée du fichier électoral, les difficultés rencontrées dans sa mise à jour, le dispositif mis en place pour la personnalisation des cartes d’électeur et l’impression des autres documents électoraux.

La mise à jour du fichier électoral est le résultat de plusieurs phases de travail dont les phases de saisie, de correction, de vérification, d’actualisation, d’affectation des bureaux de vote, etc. Chacune des phases avait eu son lot de problèmes que le bureau du fichier a géré avec les acteurs concernés. Et c’est ce travail qui a abouti, hier, au verrouillage du fichier électoral qui sera, selon le Colonel Sangaré, mis sur le site de la DGE dans les prochains jours après la présentation du fichier électoral aux partis politiques le lundi prochain.

La cérémonie a pris fin par le lancement effectif des travaux de la personnalisation des cartes d’électeur et d’impression des autres documents électoraux par le ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales Kafougouna Koné.

Pendant ce temps, la tension monte sur le front politique. Les partis politiques de l’opposition regroupés au sein du FDR (Front pour la Démocratie et la République) dénient toute crédibilité au ficher électoral qui vient d’être verrouillé.

Que reprochent-ils à ce document qui est le produit d’un long processus d’identification des électeurs potentiels ?

Les formations membres du FDR, à savoir le RPM, le Parena, la CDS, l’ADJ, Convergence 2007 et dix autres partis politiques se gardent de rendre publics les éléments de reproche dont ils disposent. Ils demeurent sceptiques et exigent un audit de ficher. « Pas d’audit, point d’élection en 2007« , semble être un slogan favori du FDR.

L’opposition malienne ne cache pas sa méfiance vis à vis de l’Administration et accuse nommément certains administrateurs de s’impliquer pour octroyer la victoire au président candidat, Amadou Toumani Touré.

Par ailleurs, ces partis du FDR récusent la CENI dans laquelle ils n’ont aucun représentant.

A quoi rime tout cela ? A une situation de tumulte général, non propice à la tenue d’élections transparentes, régulières et crédibles. Le Mali d’abord !

Idrissa Maïga / Boukary Daou

16 mars 07