Partager

Du 6 au 24 décembre 2006, des missions à l’extérieur ont aussi été organisées au cours desquelles, les Commissions Electorales d’Ambassade et de Consulat ont été mises en place dans les 39 juridictions diplomatiques et consulaires que compte notre pays.

Au terme de ses différentes missions, la CENI vient en outre de déployer sur le terrain un effectif de 4518 agents de suivi et de supervision sur le territoire national et 222 agents à l’extérieur, tous désignés, conformément à la loi électorale, par les partis politiques et la société civile.

Quant aux commissions électorales communales, de cercle, de District, d’Ambassade et de Consulat qui sont ainsi mises en place, elles sont chargées de suivre au quotidien le processus électoral dans leurs ressorts géographiques respectifs. A cet titre, elles constituent les chevilles ouvrières de la mission de suivi et de supervision des futures élections présidentielles et législatives. Tout ce travail a été rendu possible non seulement grâce à l’engagement des membres de la CENI, mais aussi et surtout au sens élevé du dialogue et du consensus dont on fait preuve les partis politiques, la société civile et les pouvoirs publics tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Cette CENI nouvelle formule qui a vu ses attributions renforcées par la nouvelle électorale, fruit d’une large concertation politique sur le terrain, est dirigée par le procureur de la République du tribunal de première instance de la Commune II et non moins secrétaire général du Syndicat autonome de la magistrature, Fodié Touré.
Ce dernier qui se trouve aujourd’hui à la tête d’une équipe dont le credo est la cohésion, l’unité et le travail s’attelle correctement à la tâche qui lui est confiée sans tenir compte des difficultés et des caprices qui entravent son travail.

Avec seulement une petite avance budgétaire sur l’enveloppe financière promise, la CENI chargée du suivi et de la supervision des élections générales de 2007 a effectivement débuté ses activités sur le terrain. Auparavant, elle s’est attelée sans relâche à l’élaboration d’un règlement intérieur, de son budget de fonctionnement et à l’établissement de son programme minimum.

En attendant le reste du pactole financier qui lui est dû au titre de reliquat du budget de fonctionnement, la CENI vient encore d’adopter un nouveau chronogramme couvrant la partie du processus concernant les élections présidentielles. Ce chronogramme, feuille de route de suivi et de supervision des élections par la CENI, porte sur toutes les étapes : la gestion du fichier électoral, la prise des actes préparatoires des élections, la gestion des cartes d’électeurs, la campagne électorale, les scrutins, la centralisation, la transmission et la proclamation des résultats. Dans la mise en oeuvre de ladite feuille de route, la CENI envisage d’entreprendre, dès cette semaine, de nouvelles missions à l’intérieur du pays pour s’enquérir, d’une part, de l’état de fonctionnement de ses démembrements et, d’autre part des résultats du suivi des travaux des commissions administratives.

Consciente de la délicatesse de sa mission, les membres de la CENI comptent sur l’implication de tous les maliens dans le processus du début à la fin. C’est là le seul gage de la bonne conduite des élections à venir.

Birama Fall pour Le Républicain

16 janv 07