Partager

Le délégué général aux Elections, le Colonel Siaka Sangaré, l’a révélé hier au cours d’une conférence-débat organisée par « Média 7 » au siège de l’UJAO. Selon le Colonel Sangaré les besoins en cartes des élections générales sont estimés à 7 200 000 cartes d’électeurs. Ces cartes ont été déjà imprimées. Cependant, le Délégué Général s’est abstenu de donner d’autres détails sur la couleur et les caractéristiques techniques de ces nouvelles cartes pour éviter certainement que d’éventuels fraudeurs ne soient tentés de se lancer dans une entreprise de falsification.

« Ces nouvelles cartes d’électeurs ont été imprimées avec les dernières normes de sécurité qui sont infaillibles. Chaque carte d’électeur est personnelle et incessible« , a indiqué le Colonel Sangaré.

A la question de savoir si le nombre de cartes imprimées n’est pas de loin supérieur au nombre des électeurs inscrits, le Délégué général aux Elections, chargé de leur confection et de leur impression a répondu : « pour chaque bureau de vote, il faut commander le maximum de cartes pour éviter des désagréments éventuels. Pour chaque élection (depuis l’avènement de la démocratie à nos jours), on a toujours commandé 500 000 cartes supplémentaires. Et le tout sous la supervision de la CENI« .

Leur modèle, ajouta-t-il, est fixé par décision du ministre chargé de l’Administration territoriale comportant le numéro d’identification de l’électeur et reproduisant les mentions de la liste électorale indiquant le lieu où siégera le bureau dans lequel l’électeur devra voter. Selon l’article 59 de la loi N°06-044 portant loi électorale, la remise des cartes d’électeur se fait dans les lieux de distribution fixés et publiés par le représentant de l’Etat dans la commune ou le District de Bamako, l’Ambassadeur ou le Consul au niveau de l’ambassade ou du Consulat. Quant à l’article 60 de la loi électorale, elle stipule que la distribution des cartes d’électeur commencera trente jours au plus tard avant le scrutin et elle est faite par des commissions.

Innovation majeure apportée dans la gestion des cartes d’électeurs ?

Le citoyen inscrit sur la liste électorale mais ne disposant pas de sa carte d’électeur peut voter sur présentation d’une pièce d’identité officielle. L’article 88 de la même loi électorale stipule : « les électeurs inscrits sur la liste électorale ne disposant ni de carte d’électeur, ni de pièce d’identité officielle peuvent se faire identifier par le témoignage de deux électeurs inscrits sur la liste d’émargement du bureau et en possession de leur pièce d’identité officielle« .

Ces innovations s’expliquent par la volonté des autorités à se conformer aux dispositions de notre charte fondamentale qui a consacré l’universalité du suffrage.
Notre pays étant une démocratie représentative, la question de qui doit voter et de qui ne doit pas voter est très cruciale.

Au Mali, cette question est en partie résolue. Le pays a opté pour le système de l’inscription d’office. Ce système a l’avantage de faire participer tous les Maliens à la gestion des affaires du pays. Au moment donc du choix des responsables de nos différentes institutions, il est plus que jamais incompréhensible que certains maliens soient volontairement ou non écartés du jeu démocratique.


Birama Fall

01 fev 2007.