Partager

Une délégation du Conseil œcuménique des Églises (COE) en visite en République démocratique du Congo a exprimé son inquiétude mardi sur le processus électoral censé conduire à l’organisation de la présidentielle le 23 décembre dans ce pays qui n’a jamais connu de transition pacifique. La COE a exprimé ses inquiétudes sur la question des électeurs inscrits sans empreintes digitales, du besoin de consensus et de confiance sur l’utilisation de la machine à voter ainsi que sur le cas des prisonniers et des exilés politiques en RDC. « Nous demandons avec insistance à la commission électorale et au gouvernement congolais de répondre à ces enjeux », écrit le secrétaire général du COE, Dr Olav Fykse Tveit, dans un message au peuple congolais à l’issue d’une visite de deux jours à Kinshasa. Le COE recommande également « l’observation des élections par des organisations nationales et internationales qui en ont les compétences », ajoute-t-il. « Nous demandons avec insistance à la commission électorale et au gouvernement congolais de répondre à ces enjeux », a dit le pasteur norvégien. Point de satisfaction : « L’engagement du gouvernement à financer les élections », le respect des dates du calendrier électoral.AFP