Partager

motraore.jpgLa semaine dernière, la Faculté des sciences juridiques et politiques (Fsjp) et la Fac des sciences économiques et de gestion (Fseg), ont procédé à l’élection de leurs doyens et vice-doyens.

Pour parer à toutes éventualités, à la Fsjp, c’est sous haute surveillance policière que s’est déroulée l’élection du doyen de la Faculté.
Selon les rumeurs, certaines personnes mécontentes auraient, menacés de boycotter l’événement a expliqué le secrétaire principal de la Fsjp, Cheick Hamalla Fofana. Mais, heureusement, que tout s’est déroulé dans le calme.

Forces de l’ordre qui tôt le matin, avaient investi les locaux de la Fsjp, avaient également tamisé les entrées empêchant tout perturbateur éventuel d’y accéder.

Déjà, la veille, un communiqué radiodiffusé invitait les étudiants à rester à la maison pour la journée du 15 juin.

L’élection s’est déroulée sous la supervision du vice-recteur de l’Université de Bamako Amadou Diallo, du secrétaire général Massa Makan Diabaté, du conseil juridique et en présence d’un huissier.

Selon Cheick Hamalla Fofana, une seule candidature était en lice: celle du professeur Harouna Dembélé qui a été élu doyen pour 4 ans. Il sera secondé par Oumar Camara, maître de conférence.

Le même jour, dans l’après-midi, la Fseg a choisi son doyen et son vice-doyen.

L’élection s’est déroulée à l’immeuble Tomota à Hamdallaye, avec le même dispositif sécuritaire mis en place, pour parer à toute éventualité.

Deux candidats étaient en lice: les professeurs, Abdramane Sanogo et Sidiki Traoré, élus respectivement doyen et vice-doyen.

Le doyen est le premier responsable de sa fac. Il préside l’assemblée de faculté qui est l’organe délibérant, assure l’exécution des décisions d’administration, la police de la fac et veille à l’application des lois, règlements et instructions.

Il est le responsable des examens, veille à la bonne marche de toutes les activités académiques de la fac, exerce le pouvoir disciplinaire à l’égard des étudiants.

Il est le responsable des biens propres de la fac, l’ordonnateur des dépenses conformément aux crédits ouverts au budget de la fac sur délégation du recteur.

Il est assisté dans l’exercice de ses fonctions par un vice doyen ou des assesseurs.

Pour postuler à ces différentes responsabilités universitaires, il faut être de nationalité malienne et professeur de rang A, c’est à dire maître de conférence ou professeurs.

Le rectorat rassemble toutes les candidatures et les soumet à l’appréciation du ministre, seul habilité à retenir ou à éliminer un candidat.

Les nouveaux élus vont remplacer les administrateurs provisoires qui assuraient la gestion de ces établissements.

21 juin 2007.