Partager

Le ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales et son collègue de la Communication porte-parole du gouvernement étaient face à la presse le 30 janvier pour faire le point des préparatifs de l’élection présidentielle du 29 avril couplée au référendum et les législatives du 1er juillet. Pour les deux ministres, l’objectif recherché est d’aboutir à des élections libres, transparentes et apaisées. En la matière il n’y a pas de péril en la demeure, selon eux.

La conférence de présence du lundi 30 janvier 2012 dans la salle de conférence du ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales (MATCL) s’inscrit dans une démarche qui vise à faire le point de l’avancement du processus électoral. Aux dires du général Kafougouna Koné du MATCL, entouré pour la circonstance par ses proches collaborateurs, « il s’agit de mettre tout le monde au même niveau d’information ». Un comité de pilotage des élections est à pied d’œuvre.

Il est composé des représentants du MATCL et de ceux des ministères de la Communication, de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, des Forces armées et des Anciens combattants, des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et des Maliens de l’extérieur. Une commission interministérielle présidée par le Premier ministre se réunit toutes les semaines pour faire le point de l’évolution des préparatifs.

Le général Kafougouna Koné s’est focalisé sur les matériels électoraux dont la disponibilité ne doit souffrir d’aucun retard. Il a présenté les prototypes d’urnes avec scellés, les bulletins de vote uniques sécurisés, les procès-verbaux et enveloppes tous sécurisés ainsi que l’isoloir dont le système de transparence permet d’éviter la fraude.

Les urnes montrées à la presse sont de deux modèles. Une est d’une petite dimension et l’autre assez grande. La petite urne, aux dires du ministre Koné, a servi aux précédences élections. Cette année, elle est prévue pour le référendum tandis que la grande servira à la présidentielle et aux législatives. Selon le général Kafougouna Koné, 35 000 urnes sont commandées pour les élections de 2012 contre 600 pour les précédentes échéances.

Elections moins chères

Le coût des élections présidentielle, référendaire et législative est estimé à 30,512 milliards F CFA (dont la majorité est financée par le budget d’Etat avec l’appui matériel des partenaires techniques et financiers) contre 2 milliards F CFA en 2003 où le fichier électoral manuel. « Le Mali a les élections les moins chères de la sous-région », a indiqué le principal conférencier.

Le budget initial des élections de 2012 était de 31 milliards CFA. « Mais ce coût a été compressé grâce au couplage des élections référendaire et présidentielle », a affirmé le général Koné.

Selon le chronogramme des élections établi et soumis au conseil des ministres, les dates suivantes ont été retenues. Le référendum constitutionnel et le 1er tour de la présidentielle sont fixés au 29 avril 2012 et le 2e tour de la présidentielle maintenu au 13 mai 2012. Le 1er tour des législatives est prévu pour le 1er juillet 2012 et le 2e tour au 22 juillet 2012.

Le marché des matériels électoraux adjugé à une société libanaise appelée Inkript à plus de 5 milliards F CFA et qui a été attaqué par le Conseil national du patronat malien (CNPM) devant l’instance de régulation des marchés publics, qui a donné raison au CNPM tout en se déclarant incompétent est finalement porté devant la Cour suprême. Mais, selon le général Koné, « ils ont été guidés par les délais de livraison obligatoire des matériels électoraux mais aussi par le fait qu’aux législatives de 2007, un opérateur économique qui a avait le marché d’impression des bulletins de vote s’est retrouvé dans la course. Imaginez que la même chose se produise cette année et qu’un candidat le dénonce, on se retrouve dans des problèmes », a-t-il dit.

Pour ce qui est de la dégradation de la situation sécuritaire au nord du pays, qui fait craindre pour certains le report des élections, Kafougouna Koné a évité de se prononcer sur un quelconque report des scrutins de 2012. « nous avons la mission de préparer les élections, nous ne connaissons pas l’évolution de la situation et il y a une structure habilitée qui est la Cour constitutionnelle de décider du report ou non des élections », a-t-il dit. Toujours selon lui, en réponse à une question relative à la validité de l’élection d’un président élu par les électeurs du sud sans la participation du nord en insécurité, le général Koné a affirmé que « dès qu’il y a élection sur une portion du territoire national avalisée par la Cour constitutionnelle, le président élu devient le président de tous les Maliens ».

Le ministre de la Communication porte-parole du gouvernement, Sidiki Nfa Konaté a pour sa part affirmé que le dispositif est mis en place pour arriver à « des élections libres, transparentes, crédibles et apaisées ». Il a expliqué que tout cela va dans le sens de la création de la commission interministérielle présidée par Mme le Premier ministre. Il a cité deux éléments fondamentaux pour la transparence, la crédibilité et l’apaisement des élections.

Il s’agit, selon lui, de la présence pour la première fois du Comité national de l’égal accès aux médias d’Etat (Cnaem) et du Conseil supérieur de la communication (CSC) dans la commission interministérielle. Toujours selon lui, pour la première fois dans l’histoire des élections au Mali, un plan de communication consolidé, impliquant tous les partenaires a été adopté. « Cela évite de travailler de façon disparâtre », a-t-il dit.

Le ministre de la Communication PPG a fait cas de l’organisation de séminaires dont le coup d’envoi a été donné ce lundi même par le Cnaem. Il a aussi évoqué l’engagement pris par les participants de la 8e édition du Festival onde de liberté pour le respect de la déontologie dans le cadre du processus électoral de notre pays.

Sidiki N’Fa Konaté et le général Kafougouna Koné ont promis que ce genre de conférences de presse va se tenir régulièrement pour informer l’opinion publique nationale et internationale.

Abdrahamane Dicko

31 Janvier 2012