Partager

Un séminaire avec comme thème « Ensemble pour une participation accrue des femmes aux processus électoraux de 2007 et 2009 », organisé par l’Organisation néerlandaise de développement (SNV) en collaboration avec une dizaine de partenaires techniques et financiers a eu lieu les 14 et 15 novembre derniers.

La cérémonie d’ouverture a eu lieu sous la présidence de Kafougouna Koné ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales.

Etait également présente la nouvelle directrice de SNV Mali, Mme Sonja Van Der Graaf.

Créer un cadre harmonisé d’action entre tous les acteurs impliqués dans l’appui aux femmes avant, pendant et après les élections à venir, et favoriser une meilleure participation des femmes au processus électoral, restent les principaux objectifs de cette rencontre.

Exigence fondamentale dans toute démocratie, la participation équitable de l’ensemble des citoyens aux affaires publiques est une condition pour le développement durable.

Ainsi, dans le contexte malien, si les acteurs impliqués dans l’appui aux femmes mettent en commun leurs expériences et leurs ressources, ils peuvent faire de cette participation équitable une réalité.

Alors, c’est fort de cette conviction et dans un esprit d’anticipation et de recherche de synergie dans la perspective des élections législatives de 2007 et communales de 2009, que SNV a organisé ce séminaire.

La participation équitable des femmes à la vie publique, constitue un droit fondamental dans toute démocratie, et c’est pourquoi, la SNV et d’autres partenaires comme la coopération canadienne, l’Agence suédoise pour le développement international, la coopération allemande, l’Union européenne, l’USAID, le PNUD et l’Aide de l’Église norvégienne s’investissent pour une participation accrue des femmes dans les instances de prise de décision, a affirmé selon Mme Sonja Van Der Graaf.

Participation massive des femmes aux prochaines échéances électorales répondrait également aux Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) auxquels le Mali a adhéré en septembre 2000, a indiqué la directrice de SNV Mali.

Rappel a été fait par la directrice de SNV Mali de la convention des Nations unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes que notre pays a ratifiée en 1985.

Cette convention réaffirme le principe de l’égalité en demandant aux États de prendre « toutes les mesures appropriées, y compris législatives, pour assurer le plein épanouissement et le progrès des femmes en vue de leur garantir l’exercice et la jouissance des droits de l’homme et des libertés fondamentales sur la base de l’égalité avec les hommes ».

Appel a été lancé par Mme Sonja Van Der Graaf à l’endroit des participants, à faire en sorte qu’un minimum de 30 % de femmes soient élues lors des prochaines élections.

Depuis mars 1991, le Mali s’est engagé dans la démocratie et fait beaucoup d’efforts pour la consolider en organisant des élections libres et transparentes, et le gouvernement, accorde dans cette optique, une attention particulière à une participation accrue des femmes aux élections et à la vie publique, a expliqué le ministre Kafougouna Koné.

Aussi, pour y parvenir, des mécanismes permettant aux femmes de se faire élire aux postes de responsabilité au même titre que les hommes sont en train d’être mis en place.

Durant les deux jours de travaux, les participants ont planché sur des thèmes, comme la mobilisation des femmes aux élections, l’élaboration de stratégies visant la participation consciente de la femme au processus électoral, les rôles et responsabilités de chaque acteur au processus électoral.

Suite à l’identification des facteurs qui bloquent la participation des femmes au processus électoral et la planification des stratégies pour améliorer leur positionnement sur les listes électorales, les participants ont mis en place un programme pour l’amélioration de la participation des femmes aux élections législatives de 2007 et communales de 2009.

A la fin des travaux, recommandations suivantes comme, l’intensification des efforts de sensibilisation et de formation, le renforcement des capacités des femmes élues, l’éducation à la citoyenneté avec des méthodes novatrices à l’endroit des femmes, la création d’un réseau de femmes élues et d’un cadre de concertation entre les intervenants, l’amélioration du positionnement des femmes sur les listes électorales, le renforcement du plaidoyer pour la parité (50/50)ont été émises par les participants.

De même, les participants ont préconisé que les candidates ne soient plus obligées de payer une somme d’argent pour figurer en bonne position sur les listes de candidature.

17 novembre 2006.