Partager

L’Adema a jeté son dévolu, cette fois-ci, sur une femme pour défendre ses couleurs en commune III lors des communales à venir. Il s’agit de Madame Djiré Mariam Diallo, 3ème adjoint de Abdel Kader Sidibé, le maire sortant.

Le Parti Africain Pour la Solidarité et la Justice (Adema-Pasj) a procédé à l’établissement de sa liste pour les communales du 20 novembre prochain en commune II du District de Bamako. La particularité de ces communales pour le parti de la ruche, c’est que le parti a placé sa confiance à une dame cette fois-ci. Après 3 mandats successifs, Abdel Kader Sidibé se retire. Mme Djiré, Mariam Diallo, comme c’est d’elle qu’il s’agit, n’est pas aussi une nouvelle venue dans la politique surtout en commune III. De 1998 jusqu’à aujourd’hui, elle fut tout temps conseillère à la mairie de la commune III sous la bannière du parti Adema.

Elle fut donc successivement 2ème adjoint au maire lors de son premier mandat, 4ème adjoint lors de son deuxième mandat et 3ème lors de son 3ème mandat. Femme intègre et engagée, Mme Djiré a dirigé et continue de diriger plusieurs associations féminines. Elle est présidente de l’APROFENT (Association pour la promotion de la Femme et de l’Enfant) à N’Tominkorobougou ; présidente de Césiri Kagni ; présidente des femmes conseillères ; présidente de la cellule Cafo des femmes de N’tminkorobougou ; membre de la Cafo en commune III ; membre de l’Alliance de la Plate Forme des femmes.

Selon Mme Djiré, il faut un changement en commune III, une commune qui est un quartier administratif du District, donc la vitrine de Bamako. Selon elle, les besoins des femmes en commune III sont énormes car il y a peu d’activités génératrices de revenus dans cette commune où les ressources reposent sur les taxes. Selon Mme Djiré, il s’agira de mobiliser les partenaires pour obtenir des financements en faveur des femmes et les Enfants afin de créer des emplois pour les jeunes qui sont la plupart des chômeurs dans les familles.

Fakara Faïnké


Élections communales : L’ASMA-CFP en ordre de bataille

Le président du parti Alliance pour la solidarité au Mali-Convergence des forces patriotiques (Asma-Cfp), Soumeylou Boubèye Maïga a procédé le dimanche 16 octobre 2016, à l’inauguration du siège de la section VI (Asma Cfp) du district de Bamako. Ce siège, implanté sur la route pavée de Sogoniko sera un cadre de mobilisation des militants du parti. Plusieurs personnalités ont été les témoins oculaires de l’inauguration de ce siège équipé à hauteur de souhait. Au cours de son allocution, le président du parti, Soumeylou Boubèye Maïga non moins secrétaire général du gouvernement a mis l’accent sur les prochaines élections communales tout en faisant savoir qu’ils feront tout pour avoir de très bon résultat.

Dans ses mots de bienvenues, le secrétaire général de la section VI du parti Asma Cfp du district de Bamako, Cheick Diallo a fait savoir que l’installation de ce siège à Sogoniko relève d’un choix stratégique car ce quartier est un icône sur l’espace politique de la commune VI en termes d’autorités coutumières, d’engagement politique, empreint toujours d’une large population au scrutin. Avant de préciser que le parti est bien implanté en commune VI avec 67 comités à travers les 10 quartiers de la commune et 3 417 adhérents. Puis le président du parti, Soumeylou Boubèye Maïga a souligné que le siège n’appartient pas aux seuls militants de l’Asma Cfp mais à tout le monde.

Le parti jeune qui a trois ans, poursuit-il, est ouvert à tout le monde. Il a invité les membres de son parti à l’engagement, à la détermination, à la paix et à la cohésion gagent de réussite. A l’en croire, l’Asma Cfp a déposé 233 listes pour les élections communales du 20 novembre prochain. « Ces élections seront notre premier test et la commune VI sera notre vitrine. La commune VI est une commune d’avenir car les plus grands quartiers sont de la commune. Nous allons tout faire pour avoir de très bon résultat… Nous essayons d’être un instrument de réalisation d’un certains nombres d’objectifs qui peut rassembler la majorité des maliens et qui peut aussi contribuer à ce que le progrès économique et social soient accessible à la majorité des citoyens », a-t-il martelé. Enfin, il a invité ses militants d’être à l’écoute de la population et de les aider à résoudre leurs problèmes.

Aguibou Sogodogo

Le Républicain du 20 Octobre 2016