Partager


Les élections communales tant attendus se sont déroulées hier dans la journée. Dans les centres de vote que nous avons visités, l’affluence était mieux qu’aux échéances précédentes. Des irrigularités n’ont pas manqué d’attirer notre attention.

Vu la grande mobilisation qui a été faite autour du retrait des cartes d’électeurs, il fallait s’attendre au moins à une hausse du taux de participation aux élections.

Commune V

Au centre de vote principal de Daoudabougou près de terrain de foot, il y a 16 bureaux de vote avec 7 918 inscrits. A 8 heures, tous les matériels et personnel étant sur place, le 1er électeur a voté. Le coordinateur du centre Moussa Coulibaly dira qu’il n’y a pas de problème. Certains assesseurs ignorent la loi électorale, a-t-il déploré.

Nous avons coïncidé avec un problème qui mérite d’être cité. En effet, un étudiant s’est rendu au centre de vote avec sa carte d’étudiant et a trouvé que sa carte d’électeur a été enlevée par quelqu’un d’autre. Il décida de porter plainte mais se verra expulsé par 3 gendarmes qui lui ont dit qu’il ne pouvait pas voter.

Le coordinateur leur dira de se calmer en intimant au jeune d’aller et de revenir après. Le jeune étudiant, très frustré, quitta les lieux. L’un des gendarmes bien costaud avait juré de le bastonner s’il résistait. Est-ce la solution ?

A Sabalibougou, à l’école publique, pour entrer dans la cour, il fallait au préalable avoir sa carte d’électeur. La sécurité était de taille. Le centre compte 49 bureaux de vote avec 24 500 électeurs inscrits. Le coordinateur du centre M. Golo Bréhima Bamba dira que tout était sur place à 8 heures.

Là, des problèmes n’ont pas manqué. Un garçon s’est présenté avec une carte d’électeur datant de 1998. Il a affirmé l’avoir reçue d’un certain T. Togola, conseiller municipal. Interpellé par les forces de sécurité, ce dernier nia les faits qui lui étaient reprochés par celui qu’il héberge.

Après de longues minutes d’interrogations, il fut libéré à la demande du coordinateur du centre. Dans la cour un assesseur a été chassé et remplacé devant lui-même par le président du bureau. Le remplaçant, disait-on, est un ami au président dudit bureau.

Devant un autre bureau, les policiers ont chassé la déléguée suppléante du RPM en lui demandant de ne pas s’asseoir près de son bureau alors qu’elle disposait de ses pièces en bonne et due forme. Elle était au bureau de vote 263.

A Badalabougou, on compte 25 bureaux de vote. Le coordinateur du centre de vote M. Nangazié Dembélé s’est dit optimiste pour l’augmentation du taux de participation eu égard à la campagne de proximité faite par les partis politiques.

Le mandataire de l’ADEMA, Oumar Sow dira :Nous avons mené une bonne campagne. Nous allons ratisser large en Commune V. N’oubliez pas que l’ADEMA a été la 1ère force politique aux communales de 2004. Donc nous restons sereins ». A Badala-Séma contigü au centre de Badalabougou, l’affluence était timide autour des 11 bureaux de vote.


Commune VI

En Commune VI du District de Bamako, nous nous sommes rendus au centre de vote de Sogoniko. Le centre compte 39 bureaux de vote. Là, il y avait une foule nombreuse au point qu’on avait du mal à atteindre les bureaux de vote. Le coordinateur du centre s’est dit confiant.

Nous avons rencontré le maire de la Commune VI Souleymane dagnon après son vote, il nous a confié : “Je reste très confiant. J’aurai souhaité que ceux qui sont là et qui ont voté, quittent les lieux pour permettre aux autres de voter. Souvent ces attroupements dégénèrent à des situations conflictuelles. Parlant de la fraude, il dira qu’il n’en a pas vu et que s’il y a des cas, il faudra les sanctionner.

Ceux qui s’adonnent à ces genres de situations expriment leur manque de sérieux. Cela veut dire que même s’ils ont élus, ils vont faire la même chose à la mairie. Le sérieux d’un individu dépend de sa conduite. J’invite la population à voter massivement, car c’est l’occasion de choisir les gens crédibles capables de faire le bonheur de la commune”.

Nous avons rencontré le président du FCD M. Djibril Tangara après son vote, il s’est dit confiant du déroulement normal des élections.

Pour lui, le taux de participation pourrait battre le record. A la porte, des individus étaient en train de donner des cartes d’électeurs aux passants pour voter contre espèces sonnantes.

B.S

27 Avril 2009