Partager

Depuis maintenant les tractations sont en cours pour les communales de 2009. Chaque formation politique est en train ou a élaboré des stratégies pour affronter ces communales à venir. Une élection de proximité détermine les forces et les faiblesses des partis politiques. C’est pourquoi la bataille sera rude entre les formations politiques.

Au moment où certains vont tout faire pour garder leur place (maintenir le nombre de conseillers) d’autres vont essayer de se positionner comme les tous nouveaux parties: la CODEM de l’Honorable Housseyni Guindo et amis, l’UDM Jama ka Wassa présidé par l’ancien ministre Ibrahima Siby.

Les données changent à Sikasso

Et la présence de ces partis risquent de chambouler les données surtout dans la circonscription électorale du Kénédougou. Il y aura un duel serré entre l’Adéma et la CODEM car la CODEM, à travers son président et l’actuel maire de la commune urbaine de Sikasso M. Mama Sylla, tous aimés par la population du Kénédougou, est mieux implanté et compte remporter les communales à Sikasso.

De l’autre côté l’ancien maire M. Mamadou Tangara récupéré par l’Adéma n’entend pas se laisser faire, lui qui considère toujours l’actuel maire comme son ennemie politique. Déjà à travers les quelques conseillers partisans, ils rémuent ciel et terre pour sabotter les actions de la mairie pour qu’en fin de mandat on puisse reprocher à Mama Sylla, l’actuel maire une mauvaise gestion.

Avec le lancement réussi du parti Convergence pour le Développement du Mali (CODEM) l’Adéma et celui à qui il fait confiance semblent avoir compris que les élections communales de 2009 ne seront pas faciles. Il mettra tout en oeuvre pour prendre sa revange surtout qu’il est mécontent d’avoir perdu au cours des législatives partielles à Sikasso.

Il faut aussi souligner l’adversité existant entre l’ancien et l’actuel maire de Sikasso. En outre, rappelons que Mama Sylla a renoncé à son idée d’adhérer à l’Adéma à cause de Mamadou Tangara l’ancien maire qui a été accueilli par la section Adéma de Sikasso.

Des partis tapis dans l’ombre?

Certainement, que d’autres concurrents, partis politiques et associations sont tapis dans l’ombre. Quant au RPM, il aura une revenche à prendre surtout que la CODEM est une dissidence du RPM. Aussi, il souligne que le président de la CODEM avait été élus sur la liste RPM aux partielles à Sikasso et à cause d’une mésentente il est parti sur la liste URD aux législatives de 2007.

Ainsi, le RPM sera obligé de sortir le grand jeu pour prouver que Sikasso est le bastillon du parti du tisserand. Aussi, l’URD doit être frustré car ses relations avec Housseyni Guindo se terminent en queue de poisson. Ainsi, les alliés de 2007 aux législatives deviendront des adversaires aux communales de 2009. En ce qui concerne le ministre Abdoul Wahab Berthé, il faut rappeler qu’il a déjà prouvé qu’il a une base à Sikasso.

Donc, c’est plus que nécessaire pour l’URD à travers le ministre de participer à la bataille du Kénédougou pour avoir le maximum de conseillers municipaux. Ainsi, les fusions réalisées avec l’URD lui ont permis de se faire représenter à Sikasso.

Aussi, par rapport au financement public, l’URD va continuer de percevoir les dividentes de l’Honorable Housseyni Guindo. En plus des forces en présence, il ne faut pas aussi oublier les indépendants et autres regroupements, surtout qu’il s’agit d’une élection de proximité. Dans ce cas, la bataille tournera à l’avantage de quel parti politique? Avec ces différentes situations, qui peut dire que la bataille du Kénédougou n’aura pas
lieu?

Dado CAMARA

30 Mai 2008