Partager

jpg_4040_9.jpg

C’est le principal message annoncé par le Premier ministre, Modibo Sidibé, qui s’est rendu hier dans quelques centres de distribution des cartes d’électeurs dans le district de Bamako et des localités de la région de Koulikoro.

Cette « journée d’engagement civique» vise à permettre aux travailleurs de retirer leur carte d’électeur et aider à retirer celles des membres de leurs familles. Elle sera chômée et payée sur toute l’étendue du territoire national. Elle devrait permettre avec l’appui de tous (classe politique, société civile, autorités administratives) d’améliorer le taux de retrait des cartes.

Cette mobilisation doit être maintenue et soutenue, pour non seulement améliorer le taux de retrait des cartes, mais aussi pour la tenue des élections dans les meilleures conditions, a indiqué le chef du gouvernement qui était accompagné lors de cette sortie par le ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, Kafougouna Koné, le délégué général aux élection, Siaka Sangaré, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Seydou Traoré, le gouverneur du district de Bamako, Ibrahim Féfé Koné, et de son collègue de Koulikoro, Soungalo Boiré.

Cette mesure exceptionnelle est motivée par le faible taux de retrait des cartes d’électeurs constaté dans certaines circonscriptions électorales, notamment à Bamako, où le taux global d’enlèvement des cartes est de 28% sur une moyenne nationale de plus de 50% avec des taux parfois supérieur à 80% dans certaines régions.

Dans la capitale, c’est la Commune IV du District, qui enregistrait, à la date du 19 avril, le plus faible taux de retrait de cartes : seulement 17% de cartes enlevées. Et cela à cinq jours de la fin des opérations de distribution des cartes.

La Commune VI vient est en tête avec 40% de cartes distribuées. Suivent la Commune V (23,93%), la III (36%), la II (34%), la I (25,44%).
A N’Gambakoro localité située dans la région de Koulikoro, le taux de retrait atteint 74,73%. A Manabougou dans la commune rurale de Tienfala, il dépasse 84%. Dans cette circonscription, le taux global d’enlèvement s’élevait à 73,76% à la date du 19 avril.

La majorité des cartes non retirées à Manabougou appartiennent à des jeunes filles du terroir, mariées dans d’autres communes. Ou à des gens qui ont changé de lieu de résidence.

Il y a aussi le cas des personnes décédées. Ces explications ont été fournies par le président du centre de distribution.
Avant l’annonce de la décision de faire de demain une « journée d’engagement civique », une séance de restitution de la mission avait réuni le Premier ministre, Modibo Sidibé, le ministre Kafougouna Koné, le président de la CENI et le délégué général aux élections.

Au cours de cette rencontre qui s’est déroulée dans la salle de réunion de la Primature, les différents intervenants ont déploré le faible taux de retrait des cartes. Ils ont cependant conseillé la prudence dans la prise des mesures d’incitation des citoyens à retirer leur carte.

Pour Siaka Sangaré, il est préférable de respecter les chiffres réels quels qu’ils soient au lieu de se hasarder sur un terrain qui peut entraîner des contestations de résultats.

Seydou Traoré est intervenu dans le même sens, en ajoutant que si des propositions doivent être faites, il faut qu’elles proviennent des partis politiques. Pour ce faire, il a proposé de redynamiser le cadre de concertation entre les partis politiques et le ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales.

Sur le terrain, au niveau des centres de distribution, lors de la tournée du Premier ministre, certains ont suggéré de permettre aux chefs de famille d’enlever les cartes de tous les membres de leur famille avec le carnet de famille.

Lors de la réunion de restitution à la Primature, cette option n’a pas été retenue. Le ministre Koné a attiré l’attention sur les abus que certains pourraient commettre grâce à une telle pratique.

Des fraudeurs seraient d’ailleurs déjà l’œuvre dans certaines communes du District. Des électeurs assurent ainsi que leurs cartes ont été enlevées par des inconnus.

Par ailleurs, dans certains quartiers de la capitale, des formations politiques sont en train de faire établir des cartes d’identité pour des électeurs. Les autorités doivent donc redoubler de vigilance pour sécuriser les cartes.
Le Premier ministre Modibo Sidibé a insisté sur la nécessité de veiller à réduire au strict minimum les situations de fraude, tout en facilitant l’accès des citoyens aux cartes d’électeur.

« Des mesures préventives contre la fraude sont prises dans le cadre du processus de délivrance des cartes. Elle doivent être maintenues et renforcées pour enrayer la fraude de notre paysage électoral », a invité le chef du gouvernement, avant de mettre en exergue le rôle majeur des partis politiques dans la distribution des cartes d’électeur.

A.O. Diallo

Essor du 21 Avril 2009