Partager

Devant un parterre de journalistes et de sympathisants, Ousmane Guitteye, entouré de ses amis et les têtes de liste des sections services et industries, a affirmé que les résultats officiels de Bamako proclamés sont une victoire volée de son camp.

Il a estimé que les élections de Bamako ont été émaillées de fraudes et les résultats ont été tronqués pour donner leur victoire au camp de Bittar.

Pour justifier leur contestation, la tête de liste de commerce A, Ousmane Guitteye, a avancé plusieurs arguments qui vont de la mobilisation des forces de l’ordre à la confusion dans laquelle se sont tenues les élections.

Mieux, pour le camp Guitteye, c’est l’acceptation des votes par correspondance qui a permis au camp de Bittar d’avoir les résultats proclamés par la commission.

Preuve à l’appui, le camp Bittar aurait perdu toutes les sections si l’on s’en tient au vote physique. Les résultats des votes physiques donnent respectivement pour la section commerce A 397 voix contre 212 voix à Bittar; dans la section service, 122 voix pour la liste A contre 47 voix pour la liste B dont la tête de liste est Jeamille Bittar.

Pour la section industrie, 61 voix contre 46 pour la liste B. Si ces résultats étaient maintenus, c’est la liste A favorable à Guitteye qui remporterait les élections. Mais coup de théâtre, il semblerait que le ministre de l’industrie et du commerce Choguel Kokala Maïga aurait signé avec son directeur national du commerce et de la concurrence une recommandation invitant la commission en charge des élection consulaires d’accepter les votes par correspondance.

C’est naturellement ce document qui aurait favorisé la victoire du camp Bittar. Puisque sur les votes par procuration ou par correspondance la liste A n’a eu la moindre voix contre 198 procurations pour le camp Bittar dans la section commerce B, 205 pour les services B et 2 pour les industries de la liste B.

C’est ce qui fait dire à Cheickna Hamala Bathily, partisan du camp Guitteye que leur victoire a été volée avec la complicité du ministre de l’industrie et du commerce Choguel Maïga.

Enfin, les partisans de Guitteye se sont étonnés de la tenue de telles élections dans un pays démocratique. « Une élection dont la délibération se fait dans une discrétion totale où ni journalistes, ni huissiers, encore moins des avocats, ne peuvent assister à la délibération. ça, on ne l’a jamais vu« , martèle Ousmane Guitteye.

Une autre irrégularité évoquée par les partisans de Guitteye, c’est le fait pour la commission chargée des élections de publier les résultats sans l’établissement d’un procès verbal.

En tout cas, le délégué du camp Guitteye dans la commission a affirmé qu’il n’a signé aucun procès verbal concernant les résultats publiés. Voilà entre autres les raisons de la contestation des résultats par le camp Guitteye.

Ousmane Guitteye et ses partisans sont prêts à user de tous les moyens légaux pour l’annulation des votes par correspondance où dans la moindre mesure celle de tous les résultats issus des élections consulaires du district du 1er octobre.

Déjà, une correspondance a été adressée dans ce sens au gouverneur de Bamako et un collectif d’avocats serait mis en place pour ester en justice au nom du camp Guitteye.

D’autres actions sont également en cours pour soutenir l’action en justice comme le meeting d’hier, des marches de protestations et même des grèves.

Idrissa Maïga

04 octobre 2006.