Partager

Conformément au chronogramme élaboré par le ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, la Délégation générale aux Elections (DGE) devrait éditer les listes définitives informatisées le 11 mars 2007.
Mais les difficultés d’ordre organisationnel et protocolaire ont poussé la DGE à décaler d’une semaine le lancement des travaux d’impression des listes définitives informatisées et des cartes d’électeur.

La cérémonie symbolique aura lieu le 15 mars à 15 h 00 en présence des responsables du ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales et de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

Selon une source concordante, la DGE a accusé un retard, minime soit-il, dans l’édition des documents électoraux et conformément au chronogramme préétabli à cause de deux principales difficultés notamment celles liées aux affectations des bureaux de vote et la sectorisation des électeurs mal comprise par les préfets.

Ces derniers ont été souvent convoqués au bureau du fichier électoral pour la mise à jour des documents électoraux relevant de leur circonscription. Mais la principale difficulté prend son origine dans l’affectation des bureaux de vote des Maliens de l’extérieur.

Par principe, avant de verrouiller le fichier électoral, il faudra affecter chaque électeur à un bureau de vote. Et la loi électorale exige 500 électeurs par bureau de vote. Ce qui donnera approximativement près de 20 000 bureaux de vote pour les élections présidentielle et législatives prochaines.

Il se trouve que le Mali a 600 000 électeurs en dehors du pays, et leur affectation à un bureau de vote pose d’énormes problèmes à la DGE parce qu’il y a des localités qui, même réunies, ne peuvent fournir le nombre exigé pour un bureau de vote.

Ensuite, pour garantir des élections transparentes, la DGE a décidé de filtrer le fichier électoral qui est à l’image de notre état civil où plus de 70 % des décès ne sont pas déclarés.

Il s’agit en fait pour la structure en charge de la confection des cartes d’électeur, d’éliminer systématiquement les doublons.
Il y a des milliers de cas de personnes inscrites deux fois, reconnaît notre source.

En tout cas, la DGE rassure que la personnalisation des cartes d’électeur ne prendra pas du temps à cause des machines sophistiquées dont dispose le bureau du fichier électoral.

Elle promet déjà la remise des cartes d’électeurs personnalisées au ministère de l’Administration territoriale dans les plus brefs délais. La promesse sera t-elle tenue ?

I. Maïga

14 mars 07.