Partager

Plus d’une dizaine de formations politiques s’apprêtent à signer le 26 novembre prochain une plate-forme visant à soutenir la candidature de Amadou Toumani Touré, à la présidentielle d’avril 2007. Le projet de plate-forme adopté par ces partis sera soumis dès cette semaine au Président avant sa signature. D’ici là, nous avons pu obtenir une copie. Voici les grandes lignes du projet qui doit consacrer la création d’une Alliance dénommée « Alliance pour la Démocratie et le Progrès ».

Dans le préambule, les partis signataires mettent d’abord l’accent sur, entre autres : « l‘attachement profond du peuple malien à la démocratie pluraliste aux valeurs républicaines et au respect de l’Etat de droit, le rôle historique du Président Amadou Toumani Touré dans l’avènement de la démocratie pluraliste au Mali et son action depuis le 8 juin 2002« .

Autres considérations qui guident les signataires, ce sont « les acquis indéniables » de la gestion consensuelle des affaires publiques mise en oeuvre depuis le 8 juin 2002 aux plans de la stabilité politique et des réalisations socio-économiques « malgré un contexte sous-régional particulièrement difficile« .

Aussi, les partis signataires de la plate-forme constatent dans le document la « volonté du Président de la République de rassembler les Maliens pour relever les grands défis« .

Toujours dans le préambule de la plate forme, les initiateurs n’omettent pas d’indiquer « l’importance du rôle que les partis politiques doivent jouer dans le cadre de l’exercice démocratique du pouvoir« .

Cependant, pour eux (partis signataires), seule une « coalition des forces démocratiques » peut permettre à ces mêmes forces et au Président de la République de « disposer des moyens politiques et institutionnels nécessaires à la mise en oeuvre de leur ambition commune pour le Mali« .

Dans ce sens et pour aborder les élections générales de 2007, les partis signataires réaffirment leur « attachement profond au respect des principes démocratiques et républicains, à la confortation de l’Etat de droit et à la sauvegarde de la paix et de la cohésion nationale« .

Pour la présidentielle, ces formations politiques « affirment leur soutien politique et électoral au Président de la République et s’engagent à le concrétiser de manière sincère et loyale« .

Par ailleurs, les signataires réitèrent leur volonté de participer de « manière responsable et solidaire » à la gestion de toutes les institutions républicaines sur des « bases équitables et transparentes » dans l’intérêt exclusif de la nation, indique le document.

Pour aborder les futures élections, le groupe de partis a décidé de créer une alliance politique dénommée « Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP)« .

Les objectifs de cette Alliance politique sont précisés dans le document : conjuguer les efforts des partis membres « autour du Président Amadou Toumani Touré pour le renforcement des acquis démocratiques, la cohésion, la paix, la stabilité sociale et les actions de développement« .

Ainsi, les partis membres de l’ADP entendent également « conjuguer leurs efforts pour assurer la réélection du Président Amadou Toumani Touré« .

Oeuvrer au renforcement des partis politiques, à l’émergence de majorités politiques stables au sein des institutions représentatives « induisant une participation significative à l’exercice du pouvoir exécutif« , ainsi qu’engager ses partis membres à s’associer « dans toute la mesure du possible » pour participer aux élections législatives, à l’élection des conseiller nationaux et aux élections communales : ce sont d’autres objectifs que se fixe l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès.

Et c’est une instance dénommée la conférence des présidents (CDP) qui sera l’organe de décision et de direction de l’Alliance, qui se veut un cadre de concertation et d’expression « plurielle » et qui « respecte en son sein les différences, la libre expression et l’autonomie de ses composantes« .

Aussi, la conférence des présidents est constituée par les premiers responsables des partis membres de l’Alliance. Cette instance, pour son fonctionnement, désignera un Président qui est également le porte-parole du groupement.

Outre, l’Adéma et l’URD, d’autres formations se sont déjà joints au projet.

C.H Sylla

20 novembre 2006.