Partager

Notre pays organise dimanche le premier tour de l’élection présidentielle. Dans ce processus, il bénéficie de l’appui de la communauté internationale parmi laquelle des pays amis comme le Nigéria qui, par l’entremise de son ambassade à Bamako, vient d’offrir un important lot de matériel.jpg_une-1948.jpg

La cérémonie de réception de ces équipements s’est déroulée à la représentation diplomatique du Nigéria à Hamdallaye ACI 2000. Deux ministres étaient présents à la cérémonie : Moussa Sinko Coulibaly (Administration territoriale, Décentralisation et Aménagement du territoire) et Marimpa Samoura (Maliens de l’extérieur et Intégration africaine). L’ambassadeur du Nigéria dans notre pays, Iliya Alli Duniya Nuhu, était aussi évidemment présent.

Le don est constitué de 22 véhicules Toyota double cabine, de 20 ordinateurs, autant de cartons de papier d’impression, et de photocopieuses. La donation est accompagnée d’un chèque d’un million de dollars (environ 500 millions de Fcfa). Depuis le début de la crise malienne, a rappelé le diplomate nigérian, Abuja n’a cessé de se manifester et d’appuyer notre pays pour le retour de la paix, de la stabilité et le recouvrement de l’intégrité de son territoire.

Il convient aussi de rappeler que le Nigeria a envoyé 1 200 soldats dans notre pays pour lutter contre le terrorisme. Revenant sur la décision de son pays de retirer une partie de ses troupes, le diplomate a expliqué que contrairement aux allégations d’une certaine presse, la décision d’Abuja s’explique par le fait que son pays a besoin de ressources humaines supplémentaires pour combattre les terroristes de la secte « Boko Haram ». Il a donc démenti une quelconque déception par rapport à des responsabilités au sein de la Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

Le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du territoire, Moussa Sinko Coulibaly, a remercié le gouvernement nigérian qui a toujours soutenu notre pays dans la lutte contre le terrorisme et dans la libération des régions jadis occupées par des bandits armés.

S. Y. WAGUE

L’Essor du 23 Juillet 2013