Partager

« Le premier tour de l’élection présidentielle a été un succès total. Je voudrai saisir cette occasion qui m’est offerte pour saluer l’ensemble du peuple malien. Tout le processus a été fait dans la pure transparence. Les agents électoraux ont fait montre de professionnalisme». Ce sentiment de satisfaction est celui du chef de la Mission d’observation électorale de l’Union européenne au Mali, Louis Michel. Il a fait part de ses impressions lors d’une conférence de presse animée hier à l’hôtel Radisson.

Observant que le scrutin est historique, car marquant le début d’une sortie de crise définitive pour notre pays, Louis Michel estime que la réussite des échéances électorales actuelles traduit le volontarisme du peuple malien de jouer le rôle qui lui revient.

« Nous avons assisté à l’un des processus les mieux organisé au Mali. Certes des insuffisances ont été signalées ça et là comme dans certaines localités où les bureaux ont ouvert tardivement. Mais jusqu’ici aucune incidence majeure de nature à entacher la crédibilité des opérations de vote n’a été signalée», a indiqué le patron de la mission d’observation de l’UE.

Autre satisfaction de l’Union européenne : la participation massive des électeurs. Même si aucun chiffre officiel n’est encore disponible, Louis Michel estime que le taux de participation pourrait dépasser les 50%. Ce qui constituerait un record dans notre pays où la faiblesse du taux de participation a toujours été l’une des plaies de notre démocratie.

Louis Michel a par ailleurs salué la mobilisation des autorités. « Le défi était immense. Tant en terme de logistiques qu’en terme de temps », a-t-il noté.

Dans les jours à venir, l’UE fera des recommandations dans un rapport partiel pour corriger les insuffisances. D’ores et déjà, il pense qu’une fluidité dans l’affichage des listes électorales par ordre alphabétique aurait permis d’éviter que les électeurs se perdent dans la recherche de leur nom. Parlant du degré d’implication de l’UE dans l’organisation de l’élection, Louis Michel assurera que cela s’est déroulé dans le pur respect de la souveraineté de l’Etat malien.

Le partenariat de l’Europe a consisté en une assistance financière, technique et logistique. « Nous sommes là pour aider le Mali. Nous pensons que ce qui est arrivé ne concerne pas que le Mali. C’est toute la sous-région qui était menacée. Nous avons été très touchés par ce qui s’est passé. Tout le monde a intérêt à ce que cette sous-région soit stable », a-t-il dit.

A la question de savoir ce qu’il pensait des résultats non officiels donnant la victoire à une des candidats dès le premier tour, Louis Michel a répondu : « Je ne suis pas là pour dire qui a gagné ou qui a perdu. Quand bien même je saurais les résultats, vous pouvez être sûr que je ne le vous dirais pas ici ».

Il a lancé un appel aux différents candidats à la retenue et au respect des résultats. « Que les candidats soient respectueux des résultats. Car aucun d’eux n’a le droit de décevoir le peuple malien», a poursuivi le patron de la mission européenne.

La MOE a été conçue à la demande du gouvernement du Mali en mars dernier. Il s’agit de la première mission d’observation déployée dans le pays par Bruxelles. Elle est indépendante des Etats membres, de la Commission et du Parlement européen. Elle est composée de 100 observateurs venus de 27 Etats membres de l’Union européenne, ainsi que de la Norvège et de la Suisse, pays partenaires pour l’observation.

Ces observateurs sont déployés dans 5 des 8 régions du pays et dans le District de Bamako. Une équipe cadre de 8 experts est basée dans la capitale. Une délégation de députés du Parlement européen est également présente et sera rejointe dans les jours à venir par des députés de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE.

L. DIARRA

Essor du 30 Juillet 2013


Observation de l’élection : Bonne appréciation de la CEDEAO à Bamako

Le chef de la mission d’observation électorale de la CEDEAO pour l’élection présidentielle, l’ancien président ghanéen, John Agyekum Kufuor, s’est rendu dimanche dans plus d’une trentaine de bureaux de vote à Bamako. Il s’agit notamment des bureaux de Hamdallaye marché, du groupe scolaire Aminata Diop, de la mairie centrale du District de Bamako, du lycée Sacré-cœur ACI, de Magnambougou ECOMA et de Banankabougou.

Accompagné du président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, du représentant spécial de celui-ci au Mali, Aboudou Cheaka Touré, de la Commissaire chargée des affaires politiques, de la Paix et de la sécurité de la Commission de la CEDEAO, Mme Salamatu Hussaini Suleiman, et du directeur des affaires politiques de cette Commission, le Dr Abdel Fatau-Musah, John Kufuor est allé vérifier le déroulement du scrutin présidentiel.

Le chef de la mission d’observation électorale de la CEDEAO et sa délégation ont ainsi assisté au démarrage des opérations de vote dans le centre dit « Hamdallaye marché ». Dans l’ensemble des bureaux de vote visités, l’ancien président ghanéen et sa suite ont apprécié la forte affluence des électeurs désireux d’accomplir leur devoir civique, le calme qui a prévalu au déroulement des opérations électorales, la présence effective aussi bien des forces de l’ordre, des superviseurs de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) que des représentants des candidats.

Ils ont toutefois déploré certaines insuffisances, notamment le démarrage tardif par endroits des opérations de vote en raison du manque de matériel électoral ainsi que l’absence de présidents et membres dans certains bureaux. « C’est vrai qu’il y a quelques problèmes, quelques difficultés, mais dans l’ensemble tout se passe bien », a souligné John Agyekum Kufuor.

Pour sa part, le président de la Commission de la CEDEAO a remercié et félicité tous les acteurs politiques, ceux de la société civile, le gouvernement de Transition et l’ensemble des institutions maliennes pour leurs efforts en vue de la tenue de ce scrutin. Kadré Désiré Ouédraogo a rappelé que la CEDEAO, en vertu du Protocole additionnel sur la démocratie et la bonne gouvernance qui stipule qu’elle assiste ses États membres dans l’organisation des élections, a déployé une mission d’observation électorale forte de 250 observateurs pour superviser cette élection présidentielle.

Ces observateurs, a-t-il précisé, ont été déployés dans les 8 régions administratives du pays (Tombouctou, Gao, Sikasso, Koulikoro, Ségou, Kayes, Kidal et Mopti) ainsi que dans le District de Bamako, avec pour but essentiel d’observer et de suivre toutes les opérations préélectorales, électorales et postélectorales du scrutin et de se prononcer sur son déroulement.

(Source : Mission d’observation de la CEDEAO)

30 Juillet 2013