Partager

L’élection présiden­tielle d’hier s’est déroulée dans des conditions accep­tables selon certains coor­dinateurs de centre de vote rencontrés, notamment ceux de Garantiguibougou et de Kalaban-Coura. Dans le centre de vote du pre­mier, les opérations de vote ont débuté dans le temps prévu par la loi à savoir oh 00 du matin. Le coordina­teur de ce centre de vote Abdoulaye Baro n’a signalé aucune difficulté liée au déroulement du vote, excepté l’absence de cer­tains assesseurs dans quelques bureaux de vote (BV). Confirmant ainsi les propos du président du BV N°96, Alassane Dia, avait évoqué les mêmes difficul­tés tout en précisant qu’elles ont été tout de suite prises en charge car la loi électorale permet au président des bureaux de vote de remplacer les assesseurs absents par des électeurs issus du bureau de vote en question. Dans le centre de vote de Garantiguibougou, on a également enregistré la présence des délégués de certains candidats à l’élec­tion présidentielle, mais aussi des observateurs nationaux et internatio­naux, des délégués de la CENI et de la Cour Constitutionnelle.

Bintou Diop est une jeune élève de 19 ans. Elle fait partie de cette masse de jeunes ayant participé hier aux opérations de vote. Pour la première fois, elle a accompli son devoir de citoyen dans le bureau de vote N°265 de Daoudabougou. Très enthousiaste, elle affirme avoir accompli ce devoir beaucoup plus par curiosi­té, mais aussi par amour pour sa patrie. C’est pour­quoi, elle disait accompa­gner sa cousine au centre de vote de Kalaban Coura, où nous l’avons rencontré, pour que cette dernière accomplisse elle aussi son devoir de citoyenne. Boureïma Togo, élève aussi, est plus pragma­tique. Il vient de voter pour la seconde fois dans sa vie. A 22 ans, le jeune Togo sait déjà ce qu’il veut en choi­sissant un candidat. Il ne connaît pas l’ensemble des candidats, mais il sait déjà tout de son candidat qu’il affirme avoir choisi pour les raisons claires et pré­cises. « J’aime mon candi­dat et j’attend de lui mon bonheur c’est à dire trouver un emploi à la fin de mes études… », précisait Boureïma Togo qui disait aussi accomplir ce devoir parce qu’il aime avant tout son pays.

C’est ce que pense aussi Mawa Diarra, étudiante en 1ère année FSJE. Elle a accompli cet acte de civis­me pour prouver sa citoyenneté et parce qu’elle a aussi épousé les idées d’un candidat qui lui plaît. Bref les populations de la commune V se sont expri­mées hier en votant massi­vement et dans l’espoir que leur vote pourra apporter quelque chose d’utile à ce pays.

I. Maïga

30 avril 07