Partager

Comme nous l’annoncions dans l’une de nos récentes parutions, la plate-forme politique en chantier dans la perspective de la présidentielle de 2012 se précise. Il s’agit exactement de 9 formations politiques qui sont en discussions avancées, dit-on, pour constituer, dans un avenir proche « un parti unifié  » le Parti Uni pour la République (PUR) devant soutenir un seul candidat  » choisi démocratiquement au sein de cette plate-forme  » en vue d’aller, avec le maximum de chance, à la conquête du fauteuil présidentiel qu’ATT laissera vaquant dans dix huit petits mois. Le nœud gordien pour ce « parti unifié » sera, à coup sûr, la désignation de son candidat pour le rendez-vous électoral de 2012, tant les ambitions foisonnent de part et d’autre.

Parti Uni pour la République (PUR). C’est le nom trouvé, après plusieurs propositions, par les premiers responsables de neuf formations politiques dans le but de fusionner et porter à bout de bras un des leurs, pour la compétition électorale décisive d’avril-mai 2012. Ces formations politiques croient sérieusement en leurs chances de réussir le pari de la réunification des forces politiques pour arriver à conquérir le palais de Koulouba. Il s’agit du CNID de Me Mountaga Tall, la CODEM de Housséini Amion Guindo, le MPLUS/RAMATA d’Abdoulaye Amadou Sy, l’UDD de Tiéman Hubert Coulibaly, l’UM-RDA de Bocar Moussa Diarra, l’UPR de Modibo Soumaré, le PARI de Lassana Doumbia, le PSP d’Oumar Hammadoun Dicko, Yelema de Moussa Mara.

Selon nos informations, cette plate-forme naissante reste largement ouverte à d’autres formations politiques qui ont déjà manifesté leur sympathie et surtout leurs « convergences de vue  » par rapport aux idées fondatrices du groupe de départ. Le bloc politique ainsi mis en chantier fera l’objet d’une concrétisation officielle, le 22 janvier prochain au Centre international des conférences de Bamako.

Ce sera l’occasion pour les principaux leaders ou représentants des partis susvisés, à l’exception du CNID-FYT de Me Mountaga Tall, de signer le document officiel scellant cette alliance politique. La non-signature du document par le parti du soleil levant se justifie par la tenue, en mars prochain du congrès de ce parti. Dans l’entourage du leader du CNID-FYT, c’est le congrès qui prendra la décision souveraine de signer le pacte fondateur du nouveau bloc politique naissant devant conduire à la création du nouveau parti, le PUR.

L’objectif majeur de cette nouvelle entité est de présenter un candidat à la présidentielle de 2012. Ce qui ne sera certainement pas une équation facile à résoudre. Ceci, dans la mesure où des responsables des formations politiques comme l’UDD, Yelema, la CODEM ne font pas mystère de leur volonté d’avoir un des leurs dans le starting block de la course électorale pour Koulouba 2012.

Dès lors, on peut se demander quelles sont les chances réelles d’émergence du futur Parti Uni pour la République ? Les leaders qui vont le constituer pourront-ils mettre entre parenthèses leurs ambitions, leurs égos en s’abstenant de compétir au scrutin présidentiel de 2012 ? Rien n’est moins sûr, surtout que, parmi eux, on compte de jeunes leaders qui voudront véritablement descendre, eux-mêmes, dans l’arène, pour évaluer leur popularité. Quand on sait qu’il y a un profit à être « candidat malheureux à la présidentielle ».

En outre, lorsque de jeunes acteurs politiques, comme Madani Tall, Kassoum Coulibaly, Amara Diarra et autres commencent à pointer leurs nez pour se jeter dans la bataille, on peut comprendre aisément que Housséini Amion Guindo, Tiéman Hubert Coulibaly, Moussa Mara soient trop tentés de… marquer l’histoire du Mali.

Il faut rappeler, par ailleurs, que, pour permettre un fonctionnement normal de la nouvelle entité politique naissante, une contribution forfaitaire de 160 000 F CFA par mois a été fixée à chacun des partis politiques membres de cette plate-forme. Il a été, en outre, décidé que les partis non à jour dans le paiement de cette cotisation perdront leurs droits de participer aux délibérations de la plate-forme. Comme on le voit, c’est donc la signature, le 22 janvier prochain de cette plate-forme, suivie d’un point de presse, qui nous édifiera davantage sur les contours de cette initiative politique salutaire.

Bruno D SEGBEDJI

05 Janvier 2011.